Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le 31 juillet s’est tenue l’assemblée générale de l’A.C.R.M.P.R., association des commerçants et restaurateurs de la Marina Port la Royale qui souhaite redonner vie à la zone.

La partie française s’enlise dans le déclin depuis plusieurs années » : pour l’association des commerçants et restaurateurs de la Marina Port la Royale l’A.C.R.M.P.R., qui se réunissait le 31 juillet dernier au restaurant le Chanteclair, il est temps de faire bouger les choses. L’organisation a donc été remise au goût du jour avec ses 14 membres motivés et unis. A l’ordre du jour de la réunion : réinstaurer les Jeudis voir même les Week-end de la Marina. Christophe Rousset président de l’association, entend ainsi « redonner à Marigot un attrait même en basse saison ». Selon Philipe et Valérie du Spinnaker « il faut faire revenir les touristes, trouver très vite un second souffle ». « On a la chance d’avoir le cadre et tous les outils pour être “un spot“ alors comment se fait-il qu’avec un potentiel pareil, on soit complètement à côté de la plaque ? C’est simple, dès qu’il y a un endroit qui bouge sur la partie française, c’est la chasse systématique à l’animation. Si on applique les règlementations franco-françaises à Saint-Martin, on s’enterre nous-mêmes surtout avec la concurrence de la partie hollandaise. Il faut trouver un juste milieu mais les riverains ne semblent pas prêts à accueillir un peu d’ambiance dans Marigot. Dès qu’il y a de la musique après 10 heures on est certains de voir débarquer les gendarmes ». Un jeune client attablé sur la marina résume lui la situation avec un humour grinçant : « quand on se balade le soir dans marigot, on se croirait dans un remake de The walking dead ».
 
GÉRER LE PARKING DES CRACKÉS
 
Second sujet de la réunion et non des moindres, reprendre la gestion du parking de Saint-James. Un problème permanent qui revient régulièrement dans nos colonnes. Les squatteurs nuisent à l’image de Marigot, salissent l’endroit qu’ils ont investi et entretiennent un fort sentiment d’insécurité. Que faire de ces gens qui n’ont pas leur place sur le parking d’une zone éminemment touristique ? Après maintes pétitions et réclamations, les commerçants veulent prendre les choses en main. « Marre d’attendre l’intervention des autorités » disent-ils. Les commerçants se résignent donc à payer de leur poche pour fermer le parking avec des barrières automatiques, sur le principe du In – Out, mettre en place une surveillance par des maîtres chiens, nettoyer et sécuriser les lieux afin que les touristes ne craignent plus de s’y garer. « Nous on les connaît bien » ajoute cette commerçante. « La plupart des squatteurs du parking ne sont pas agressifs mais certains petits nouveaux sont plus violents. Alors quand ils arrivent à trois ou quatre sur les touristes pour leur soutirer quelques dollars, ça fait peur, c’est normal ».
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.