Temps de lecture estimé : 4 minutes
La fête de Sandy Ground était placée sous le signe de la jeunesse et du sport. Samedi les élus de la Collectivité et la préfète sont venus participer aux réjouissances.

Ils ont eu gain de cause. Les membres du collectif de Sandy Ground qui s’étaient mobilisés en novembre 2014 pour dénoncer – notamment – le manque d’infrastructures sportives dans leur quartier, ont pu se féliciter de leur ténacité: samedi dernier la fête de Sandy Ground était placée sous le signe du sport avec l’inauguration d’un plateau sportif flambant neuf en présence des élus de la Collectivité, de la préfète Anne Laubies et de nombreux représentants associatifs. Les résidents disposent donc désormais d’un plateau aux normes avec des tribunes et des vestiaires, qui aura coûté 340.000€, un budget partagé entre l’Etat (110.000 €) et la Collectivité (230.000 €). Les principales personnalités de Sandy Ground qui se mobilisent dans le tissu associatif et auprès des jeunes étaient donc aux premières loges samedi lors du coupé de ruban et des traditionnels discours. « Today is a very special day » affirmait Jeremie Watt qui arborait, comme ses confères, un t-shirt « Help the youths to help yourself » qui sera d’ailleurs offert à la préfète et à la présidente au moment du vin d’honneur. « Nous sommes là pour aider les jeunes » voulait lui rappeler Cédrick André, qui avait lancé le collectif de Sandy Ground et avait suivi de près l’avancement des travaux. En échange, la Collectivité et la préfecture se sont vues chaleureusement remerciées pour avoir tenu parole.
Ensuite, il a bien fallu inaugurer ce nouveau plateau sportif avec des ballons… C’est donc à la préfète Anne Laubies ainsi qu’à Aline Hanson qu’il est revenu de faire les premières passes.
LE PREMIER DE LA SÉRIE
« En 2012, j’avais dit que ce plateau serait le premier que la COM mettrait aux normes » a souligné Alain Gros-Désormeaux, élu en charge de la Jeunesse et Sports. « Vous avez ce qu’on vous a promis mais je demande le respect de cet outil » martelait aussi le conseiller territorial.   
La Collectivité s’est en effet lancée dans un programme de mise aux normes et de remise en état de ses infrastructures sportives, inscrit dans le contrat de développement Etat / Collectivité signé en juillet 2014. Le plateau de Sandy Ground était donc le premier de la liste à recevoir un coup de jeune. Les travaux prendront ensuite le chemin du stade Vanterpool pour la couverture des quatre plateaux. Sont également prévues dans la foulée la réhabilitation complète des plateaux de Concordia, Cul-de-Sac, Quartier d’Orléans, La Savane et Grand-Case.
 
AU CŒUR DES PRÉOCCUPATIONS
La fête de Sandy Ground est chaque année l’occasion de mettre en avant les forces vives de ce quartier caractérisé par la jeunesse de sa population – 48,6% a moins de 30 ans – et un niveau de chômage préoccupant (34,3%). Les élus en profitent également pour lister les problématiques de Sandy Ground et faire quelques promesses visant à améliorer la cohésion sociale ou le cadre de vie de ce secteur difficile. Ainsi la présidente Aline Hanson voulait rappeler samedi dernier que le contrat de ville nouvelle génération donnait la priorité à Quartier d’Orléans et Sandy Ground, « un projet ambitieux qui s’appuie sur un tissu associatif actif ». Se félicitant du plateau sportif flambant neuf, la présidente a néanmoins tenu à rappeler à chacun ses devoirs : aux jeunes, « il y a des règles qui doivent être respectées », et aux élus du conseil territorial, avisés de savoir que « ce n’est pas seulement la présidente qui doit rendre des comptes mais chaque élu, qu’il soit de la majorité ou de l’opposition ».
Pour Guillaume Arnell « la construction de ce quartier doit se faire dans le respect de la différence, des lois et des coutumes ». Et pour la préfère Anne Laubies, qui a incité les acteurs associatifs à utiliser les leviers de la politique de la Ville, « le challenge qui nous est posé, c’est la jeunesse ».
 

Et pendant ce temps… Un braquage dans une épicerie

Samedi matin à Sandy Ground, en lever de rideau des festivités du 15 août, un individu cagoulé et armé a fait irruption dans un commerce de proximité. L’homme s’est fait remettre le fond de caisse du magasin, soit un préjudice estimé à 500 euros et dollars confondus. La gendarmerie précise que malgré le « dispositif important mis en place dans le cadre des fêtes patronales », le voleur masqué a réussi à prendre la fuite à pied dans les petites ruelles de Sandy Ground. L’enquête a été confiée à la brigade de recherches de Saint-Martin.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.