Temps de lecture estimé : 2 minutes
Dimanche matin un convoi exceptionnel a traversé l’île jusqu’à Galisbay où se poursuivent les travaux pour améliorer la production de la centrale EDF.
 
 

La centrale EDF de Galisbay est en chantier jusqu’en 2016 pour améliorer sa production grâce à l’installation de trois nouveaux moteurs. Dimanche dernier, un convoi exceptionnel a quitté le port de Philipsburg pour acheminer les éléments de la cheminée de rejet, qui a été fabriquée en Finlande et livrée par fret maritime. Parti de Pointe Blanche, le cortège lent et périlleux a nécessité l’escorte de la gendarmerie depuis la frontière de Cole Bay jusqu’à l’usine EDF de Galisbay. Le troisième morceau de la cheminée se trouve toujours à Philipsburg et devrait être acheminé sous peu dans les mêmes conditions. Au rond-point de Bellevue, le convoi a pris la rue Saint-James au lieu de continuer tout droit rue de Hollande, à cause de câbles aériens situés beaucoup trop bas. Les poids lourds titanesques ont ensuite pris le rond-point de l’Office de tourisme puis la route du Front de Mer jusqu’à la centrale de Galisbay. Il aura fallu 2 heures 30 pour faire le trajet entre Cole Bay et Galisbay et près de 5 heures depuis le port de Philipsburg. Les trois éléments de ce pot d’échappement géant pèsent respectivement 24, 18 et 12 tonnes. Ils seront installés en septembre.
24 mois de travaux ont été programmés pour l’extension de la centrale EDF de Saint-Martin, afin d’améliorer la production électrique pour garantir l’équilibre entre l’offre et la demande. Après les travaux de fondations débutés en février 2014 et l’élévation d’un nouveau bâtiment, trois nouveaux moteurs diesel d’une capacité de 8,7 MGW chacun sont arrivés au mois de janvier. A l’automne débuteront les tests de raccordement électriques et mécaniques, pour une livraison du chantier annoncée début 2016.
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.