Temps de lecture estimé : 6 minutes
Bonne nouvelle pour celles et ceux qui rêvent de partir se former en métropole : le 1er octobre, l’Agence de l’Outre-mer pour la mobilité (LADOM) ouvrira son agence à Saint-Martin. Entretien avec Raoul Lebrave, délégué régional de LADOM en Guadeloupe, lors de son récent passage sur notre île.

SMW : Raoul Lebrave, que motive votre présence à Saint-Martin ?
 
RL : LADOM prépare actuellement la mise en place à Saint-Martin de son agence physique. Ce projet date de 2012 et a été initié par René Arnell. Monsieur Arnell nous avait demandé l’implantation de cet opérateur d’Etat pour résoudre un peu les problèmes d’insertion, de politique et d’exclusion par rapport au chômage des jeunes de Saint-Martin. Nous avons donc décidé d’ouvrir une agence de LADOM à Saint-Martin et au bout de trois années, nous arrivons à la concrétisation.
 
Quelles sont les étapes de cette concrétisation ?
 
En septembre, nous allons recruter la première partie de l’agence. Le personnel de Saint-Martin sera recruté sur Saint-Martin. Et dans un deuxième temps, dès le 1er octobre, l’agence sera ouverte officiellement pour tous les bénéficiaires sur les trois spécificités de LADOM que sont le Passeport Mobilité Formation Professionnelle, le Passeport Mobilité-Etudes et l’Aide à la continuité territoriale.
 
Quelle était l’action de LADOM à Saint-Martin jusqu’à présent ?
 
Depuis deux ans, nous sommes dans une phase de dématérialisation. Nous avons un partenariat avec la collectivité territoriale qui a nommé une chargée de mission pour LADOM, Corinne Pineau. Madame Pineau s’occupe pour nous de la continuité territoriale qui est un des dispositifs de LADOM. Elle s’occupe aussi du Passeport Mobilité-Etudes pour les étudiants qui quittent le territoire. Ces deux dispositifs fonctionnent très bien sur Saint-Martin.
 
Qu’en est-il du dispositif essentiel de LADOM, celui de formation et d’insertion professionnelle en mobilité ?
 
Le troisième dispositif, c’est donc le Passeport Mobilité Formation Professionnelle. Pour que cela puisse prendre son envol sur Saint-Martin, il faut obligatoirement qu’on ait du personnel qualifié, des conseillers d’insertion qui vont rencontrer des jeunes et des moins jeunes dans leur parcours professionnel pour établir un projet pédagogique avec eux. « L’implantation » était déjà effectuée au sein de la Collectivité depuis 2012. Aujourd’hui, nous passons à une autre étape qui est celle de la présence physique de l’opérateur d’Etat LADOM sur Saint-Martin.
 
Qu’est-ce que l’agence physique de LADOM apportera de plus par rapport à l’actuelle convention avec la Collectivité ?
L’avantage que les Saint-Martinois auront est que désormais tout va se traiter directement « local », sur place. Plus besoin de faxer ou d’envoyer les demandes par courrier. ça va être un gain de temps. Les agences de voyages, ici sur Saint-Martin, vont pouvoir traiter les bons de continuité pour les bénéficiaires. Au niveau des jeunes en formation professionnelle, ils pourront se reporter auprès de l’agence Pôle emploi de Saint-Martin. LADOM et Pôle emploi travaillant de concert, les dossiers seront facilités et on va pouvoir les mettre en mobilité plus rapidement. Dernière chose importante : En décembre, nous signerons certainement une convention financière avec la collectivité de Saint-Martin et la CCISM pour permettre le développement de l’apprentissage en mobilité. C’est un vaste programme.
 
Où sera située l’agence de LADOM à Saint-Martin ?
On sera implanté, sans nul doute, soit auprès d’un partenaire de la CCISM, soit chez un partenaire de la Collectivité. Mais peu importe, l’objectif, c’est que LADOM soit implantée physiquement à Saint-Martin.
 
Avez-vous un message à adresser aux bénéficiaires saint-martinois de LADOM ?
Les Saint-Martinois ont à présent un outil de travail. Il ne faut pas en avoir peur. Il ne faut pas hésiter à aller visiter ailleurs. La mobilité est une chance pour Saint-Martin. C’est une chance pour permettre à cette jeunesse de se donner un second souffle. C’est une chance aussi pour les entreprises, en élaborant des programmes de formation qui permettent à ces jeunes, lorsqu’ils reviennent à Saint-Martin, d’être compétents pour occuper des postes « délaissés » faute de compétences sur place.
 
LADOM permet à la population ultramarine de quitter l’Outre-mer. Aide-t-elle également ses bénéficiaires à revenir une fois formés ?
 
Par exemple, dans le cas du Passeport Mobilité-Etudes, le billet est un billet aller-retour. Donc quand l’étudiant finit son parcours pédagogique, il peut revenir dans son pays d’origine monter son entreprise et LADOM l’accompagnera encore à ce moment là. Mais c’est vrai, LADOM n’est pas tenue de faire revenir ses bénéficiaires au pays. L’objectif de LADOM est qu’ils se réalisent là où ils se trouvent. Notre objectif, c’est de retirer un maximum de jeunes des tablettes de Pôle emploi.
 
 
René Arnell : « LADOM concerne l’ensemble de Saint-Martin »
 
L’implantation physique de LADOM à Saint-Martin est évidemment une forme d’accomplissement pour René Arnell, l’initiateur du projet en sa qualité de représentant de Saint-Martin au Conseil économique, social et environnemental (CESE). « Une forme d’accomplissement d’avoir porté ce projet à maturation et de permettre à  la population d’être mieux servie. Surtout nos jeunes et nos étudiants en particulier. » L’homme du CESE rappelle également que même les 30-40 ans peuvent s’adresser à LADOM. « Il existe des dispositifs pour eux en matière de formation ainsi qu’en matière de continuité territoriale. Les dispositifs de LADOM vont concerner l’ensemble de la population de Saint-Martin et je suis vraiment ravi d’avoir été celui qui a initié tout ce projet. »
 
3 dispositifs pour un souci d’égalité des chances
Présent dans tous les départements d’Outre-mer et même à Saint-Martin, l’opérateur d’Etat LADOM propose trois dispositifs pour venir en aide à la population ultramarine. Le Passeport Mobilité Formation Professionnelle est un dispositif de prise en charge financière et d’accompagnement de parcours de formation en mobilité qui s’adresse à des demandeurs d’emploi de plus de 18 ans, dont le projet professionnel est bien défini et dont l’objectif est l’emploi durable. L’enjeu pour LADOM est de mettre en place des dispositifs qui permettent aux candidats ultramarins d’avoir accès aux offres sans être pénalisés par les contraintes géographiques, dans un souci d’égalité des chances.
La continuité territoriale est une aide au voyage pour la métropole sous forme de bon de réduction qui s’adresse à tout un chacun, sous conditions de ressources. Ce dispositif vise à préserver les liens familiaux entre les Ultramarins, mais aussi à promouvoir les relations culturelles et économiques entre l’Outre-mer et la métropole.
Quant au Passeport Mobilité-Etudes, il s’agit d’une aide au voyage pour la métropole qui finance tout ou partie du billet d’avion (50%) et qui s’adresse aux étudiants qui ne peuvent accomplir leur cycle universitaire sur leur territoire, soit en raison de l’inexistence de la filière, soit en raison de la saturation de la spécialité. Chaque année, 140 000 ultramarins bénéficient des dispositifs de LADOM, dont 8 000 stagiaires et 12 000 étudiants. (Source : LADOM)
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.