Temps de lecture estimé : 3 minutes
Exaspérés par les problèmes récurrents qui minent les abords de la marina, le conseil de quartier n°5 et l’ACRMPR ont lancé un ultimatum à la Collectivité et aux autorités compétentes si elles n’accèdent pas favorablement à leurs demandes d’ici jeudi.
 
 

Rappelez-vous ! Fin juillet, lors de son assemblé générale, l’association des commerçants et restaurateurs de la Marina Port la Royale (ACRMPR) souhaitait « redonner vie à la zone », pouvait-on lire dans ces mêmes colonnes. Une fois encore, l’éternelle question des sans-abris était revenue sur la table. Les commerçants en avaient déjà « marre d’attendre l’intervention des autorités ».
Ce ras-le-bol, les riverains le partagent également depuis trop longtemps. Aussi la semaine dernière, le représentant du conseil de quartier n°5, Paul Whit, était monté au créneau pour demander une intervention immédiate de ces fameuses autorités. Paul Whit leur accordait 72 heures pour réagir.
 
UNE QUESTION DE DIGNITÉ HUMAINE
Cet appel lancé sur les ondes est resté sans réponse. Samedi dernier, les membres du conseil n°5 ainsi que Frédéric Erb, le trésorier de l’ACRMPR, se sont réunis à la Marina Royale et ont décidé d’accorder un délai supplémentaire à la Collectivité et autres autorités compétentes : jeudi matin.
Si l’aspect économique évident joue un rôle prépondérant dans cette affaire, il en va également de la dignité humaine pour Paul Whit. « La France a des lois, des lois qui protègent les gens dans cette détresse. » Le représentant de quartier fait notamment allusion à cet homme, ce clochard, qui erre parfois entièrement nu près du parking et « qui se fait dessus. » Et il y a aussi l’état déplorable du parking, ce champ d’immondices couvert de tags disgracieux, alias « la seconde décharge de Saint-Martin. » « Si la Collectivité ne peut pas gérer le parking, qu’elle nous donne la clé et le conseil de quartier s’en occupera. »
 
DÉPLACER LES SANS ABRIS
Tant sur le plan touristique, que sanitaire ou humain, il est donc urgent d’intervenir. D’autant plus urgent que la haute saison se rapproche. Frédéric Erb de l’ACRMPR a quant à lui assuré que les commerçants allaient toucher là où le bât blesse, c’est-à-dire au porte-monnaie. « Si rien n’est fait, nous arrêterons de payer nos taxes parce nous les payons (la Collectivité, ndlr) pour qu’ils fassent leur travail. Nous devons leur mettre la pression. La Collectivité doit déplacer les sans-abris ! »
La Collectivité est surtout priée d’apporter rapidement des solutions aux habitants et aux commerçants de la Marina Royale sous peine que ceux-ci ne bloquent Marigot par exaspération… Ou bien qu’ils ne choisissent une fois encore de repousser leur ultimatum. Aujourd’hui mardi, le conseil de quartier n°5 et l’association des commerçants et restaurateurs se réunissent à nouveau. Les médias ont été conviés.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.