Temps de lecture estimé : 2 minutes
Jeudi deux individus comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Saint-Martin pour une affaire de violences avec usage et menace d’une arme n’ayant pas entraîné d’interruption temporaire de travail (ITT) qui seraient intervenues suite à un vol de scooter, à Sandy Ground.
 
 

A la barre, A. M. ne nie pas avoir « bousculé » ou même donné « quelques claques » à celui qu’il croit être l’un des auteurs du vol de son deux roues. Or seul l’un des deux auteurs présumés assistait à l’audience. Ce dernier, A. V. clame son innocence avec véhémence : il répète en outre plusieurs fois qu’il n’avait « aucun intérêt à voler un si petit scooter » vu qu’il est détenteur d’un permis moto et qu’il conduit de plus gros bolides.
De son côté, la présidente de séance, Lucile Celier-Dennery* a notamment tenté d’éclairer si A. M. avait effectivement fait usage d’une arme. Les dépositions des prévenus font état d’un révolver mais A.M. assure ne détenir « qu’un couteau ». Couteau qu’il a d’ailleurs encore l’habitude de porter aujourd’hui. Le juge lui rappelle alors que ce port est aussi illégal.
Après les réquisitions du vice-procureur Michaël Ohayon, le tribunal a relaxé A. V. et F. A. (le prévenu absent) du chef d’accusation de vol commis en réunion. Pour A. M., les faits ont été requalifiés en violences sur personne n’ayant pas entraîné d’ITT. Le prévenu est condamné à verser une amende de 200 euros.

 
 
* Cette dernière, qui exerce en tant que juge placée au premier président à la Cour d’appel de Basse-Terre, remplace le président du tribunal Gérard Egron-Reverseau, absent pour maladie.
 
 
 
Premières réquisitions pour Michaël Ohayon
Avant de procéder aux réquisitions, lors de cette première affaire jugée hier devant le tribunal correctionnel de Saint-Martin, Michaël Ohayon s’est exprimé sur sa récente nomination, en septembre dernier, en tant que vice-procureur. « J’ai l’intention de participer activement à cette mission de service public qu’est la justice à Saint-Martin, en ayant le souhait de faire émerger la vérité et en recherchant la preuve pénale. Ce sont des principes qui m’animent depuis toujours en tant que magistrat », a-t-il déclaré. Ce dernier, qui exerçait auparavant ses fonctions au sein du Tribunal de Grande Instance de Bayonne, succède ainsi à Flavien Noailles.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.