Temps de lecture estimé : 4 minutes
Jeudi matin à la CCISM, le directeur régional de l’IEDOM Jean-Marie Paugam a présenté le rapport de Saint-Martin pour l’année 2014. Une année fortement marquée par la parité euro-dollar.
 
 

Outre la publication des chiffres du PIB par habitant (14.700 euros, l’un des plus bas de tous les territoires français), le rapport 2013 avait mis en exergue une économie locale au ralenti. « En 2014, le contexte économique de la partie française de Saint-Martin présente toujours des fragilités malgré des signes encourageants, notamment en fin d’année. En dépit d’une coopération renforcée, les disparités économiques, sociales et institutionnelles entre les deux parties de l’île perdurent et les impacts sur la partie française restent importants », a commenté Jean-Marie Paugam, en présence notamment du président de la CCISM, de plusieurs élus de la Collectivité et de la préfète des îles du Nord.
Dans le secteur du tourisme, deuxième employeur du secteur privé avec 26,4% des empois derrière les « autres services marchands » (33,3%), « le redressement amorcé en 2013 se poursuit mais les résultats sont insuffisants et son développement reste toujours pénalisé par l’absence d’infrastructures adaptées. » Concernant le BTP, quatrième pourvoyeur d’emplois (7,9%, progression de 28%), « dans un contexte concurrentiel accru, les entreprises du secteur connaissent toujours d’importantes difficultés malgré la réalisation de certains projets publics et privés. » On pense évidemment au chantier de la cité scolaire.
Quant à la question de l’emploi, « le marché reste sous tension mais son évolution est stable sur an. » Le taux de chômage campe toujours à plus de 30% de la population active et bien que le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A ait diminué, les femmes restent les plus pénalisées.
Dans son dernier rapport, l’Institut d’émission des départements d’outre-mer souligne également la bonne santé des institutions bancaires. « En 2014, la place bancaire saint-martinoise évolue favorablement avec une activité de financement et de collecte en hausse. Le système bancaire continue de soutenir le financement de l’économie qui a notamment été plus marqué en fin d’année. Les encours de crédits et les actifs financiers ont augmenté, principalement tirés par les entreprises. Cependant, les crédits aux particuliers ont enregistré un nouveau recul et, pour la première fois en cinq ans, la baisse des crédits à la consommation apparaît comme un nouveau signe de la situation fragile des ménages. »
L’intégralité du rapport annuel de l’IEDOM pour Saint-Martin est disponible en ligne : www.iedom.fr.
 
 
 
Tendance 2015
 
Dans une configuration internationale plus favorable, les perspectives pour l’année 2015 sont encourageantes mais restent incertaines. La dépréciation de l’euro par rapport au dollar américain laisse entrevoir une situation moins pénalisante pour l’ensemble des secteurs économiques de la partie française de Saint-Martin. Le secteur du tourisme, moteur de l’économie, présente des indicateurs bien orientés en début d’année 2015. Son développement, et en particulier celui de la croisière, reste néanmoins dépendant des grands projets d’aménagement, tels que la redynamisation de Marigot et l’aménagement du Front de mer.
L’IEDOM ajoute que « disposant d’opportunités de développement intéressantes, la Collectivité planifie progressivement la diversification économique du territoire. Si les difficultés budgétaires persistent, la Collectivité, accompagnée de partenariats financiers déterminants comme celui avec l’Union européenne, renforce ses actions et ses mesures économiques déjà initiées en 2014, notamment en faveur des entreprises. » Dans ce contexte, l’activité de financement poursuit sa progression au premier trimestre 2015.
 
 
Une population jeune mais en voie de vieillissement
 
Avec plus d’un tiers de jeunes âgés de moins de 20 ans, la population saint-martinoise, estimée à 36.522 habitants en 2012, reste jeune mais affiche des signes de vieillissement. En effet, entre 1999 et 2011, la part des moins de 20 ans progresse tout juste de 0,3 point tandis que celle des 60 ans et plus augmente de 3,2 points. Cette catégorie représente désormais 9,0 % de la population totale, contre 5,8 % en 1999. L’évolution de la répartition par âge de la population est similaire sur la partie néerlandaise de l’île.
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.