Temps de lecture estimé : 3 minutes
Ce jeudi 1er octobre, Mathias Durand-Reynaldo, alias Coccinella, présentera ses coups de cœur artistiques, à Lapierre’s marble, lors d’une conférence gratuite et ouverte à tous ceux qui aiment l’art.
 
 

Il y a de ces tableaux, de ces sculptures qui donnent à un artiste en plein éveil l’élan pour se lancer. Pour le peintre ou le sculpteur assumé, il y en a d’autres qui s’imposent comme d’intarissables sources d’inspiration ou se dressent tels des monuments inégalables. D’autres encore qui bouleversent les croyances, les tabous ainsi que les règles de l’art. Pour le plasticien Mathias Durand-Reynaldo, alias Coccinella, il est surtout question de percer les secrets de création de ses pairs : «quand tu vois une œuvre qui t’éblouit, le premier truc qui te vient en tête, en tant qu’artiste, c’est : “Mais comment a-t-il réussi à faire ça ?!“ », s’exclame-t-il, un brin provocateur.
Ultra perfectionniste, le peintre, connu pour ses toiles hyper réalistes, porte en lui la science du détail. Il se plaît à scruter chaque œuvre qui l’a touchée afin d’appréhender les techniques utilisées. Il aime à se replonger dans le contexte de l’artiste pour mieux comprendre son ouvrage et tirer des parallèles avec notre société actuelle. C’est ce regard particulier – ou plutôt à ses coups de cœur – qu’il fera partager ce jeudi 1er octobre, à Lapierre Marble, lors d’une conférence dédiée à l’histoire de l’art* qui débutera à 19h30.
 
UNE INVITATION À CRÉER
Le concept : «ce sera comme une sorte de cours magistral pendant lequel je présenterai tous les coups de cœurs qui ont fait que j’ai voulu devenir artiste», énonce Mathias Durand-Reynaldo. De nombreux clichés de toiles et de sculptures – de la Préhistoire à nos jours -, glanés sur Internet ou lors de voyages, seront ainsi projetés sur grand écran. A ceux qui appréhendent le côté «barbant» de cette leçon d’histoire de l’art accélérée, Coccinella répond : «ceux qui me connaissent savent que je fais des choses très sérieuses mais que je ne me prends jamais au sérieux !», assure-t-il. A l’image de l’artiste, le rendez-vous sera donc teinté de touches humoristiques et d’anecdotes, toujours éclairantes quant à l’œuvre présentée.
Ce temps de rencontres est ouvert «à tous ceux qui aiment l’art». «Souvent, les gens savent citer des noms de grands musiciens et même ceux d’illustres peintres, mais pour les sculpteurs, c’est plus difficile, voire impossible !», fait remarquer l’artiste, qui, pour cette raison, a également choisi de présenter des sculptures en plus de tableaux de peintures.
 
BIENVENUE AUX FAMILLES

Mais c’est surtout les enfants que Mathias Durand-Reynaldo souhaiterait toucher. En tant qu’intervenant dans les écoles de Saint-Martin et de Guadeloupe, le plasticien – lui-même père de quatre enfants – a l’habitude de travailler avec ce public qu’il affectionne particulièrement. «Ce que j’aimerais beaucoup, c’est que cette conférence incite la jeunesse à réaliser de jolies choses, peu importe le domaine d’expression artistique. Mais qu’ils créent», espère le peintre, qui poursuit : «J’invite donc les papas et les mamans à venir avec leurs enfants pour les initier à l’art», conclut-il.
L’initiative montre que l’île regorge aussi de temps forts consacrés à la culture. Ce premier rendez-vous pourrait d’ailleurs initier un mouvement et inciter d’autres artistes à partager leurs coups de cœurs. De nouvelles rencontres qui auront peut-être le pouvoir de faire sortir des artistes en sommeil de leur chrysalide.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.