Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le leader de l’opposition et député Daniel Gibbs avait convoqué la presse vendredi dernier pour faire part de son opposition au projet de PLU, persuadé qu’il contient en l’état de « nombreuses incohérences ».

L’ouverture de l’enquête publique autour du projet de PLU arrêté par la majorité du conseil territorial en juin dernier, cristallise les divergences. A 16 mois des prochaines élections territoriales, les enjeux de ce dossier font marcher sur des œufs la majorité en place quand l’opposition y voit elle matière à réitérer son credo : « le PLU est dénué d’une véritable vision d’avenir » selon Daniel Gibbs, qui critique régulièrement « l’absence de stratégie pour le développement du territoire ». Vendredi dernier, le conseiller territorial de l’opposition, leader du groupe Union pour la Démocratie (UD), avait en effet convoqué les médias pour livrer sa propre analyse sur le projet de PLU auquel la population est invitée à donner son avis jusqu’au 31 octobre, la Collectivité souhaitant l’adopter définitivement début 2016. « Sans véritable projet de territoire, nous comprenons davantage les nombreuses incohérences qui minent le projet de PLU » analyse l’élu de l’opposition. Il déplore ainsi les motivations réelles de la majorité en place, guidée selon lui « par des considérations financières », l’élaboration du PLU en lieu et place du POS (plan d’occupation des sols) ainsi que l’attribution du marché de 268.700 € ayant été actés par la précédente mandature : « la majorité d’aujourd’hui c’était l’opposition d’hier qui avait voté contre ».
« Je ne suis pas là pour critiquer le PLU car il y a effectivement matière à réviser le POS mais il est nécessaire de mener une réflexion qui prenne plus de temps » nuance l’homme de l’UD. « Incompréhension des citoyens », « opacité », Daniel Gibbs estime qu’il faut « se donner le temps de définir un projet partagé et accepté par la population ».
 
MAUVAIS CHOIX ?
Le groupe UD demande aux dirigeants « de prendre les bonnes décisions » et veut interpeller la gouvernance sur ce qu’il estime être « une menace pour le cadre de vie saint-martinois ». Il remet en cause l’objectif du PLU, qui organise le territoire pour 15.000 habitants supplémentaires à l’horizon 2030 : « Saint-Martin n’a pas les moyens d’assumer une telle explosion démographique » citant en exemple « un taux de chômage de 30 % ». A contrario, le député estime que l’aménagement du territoire envisagé selon le PLU ne concorderait pas avec les intérêts économiques de Saint-Martin : « la Collectivité veut faire de la partie française une zone rurale (…) en donnant une place prépondérante à l’agriculture alors que ce secteur ne représente que 0,5% des emplois ». L’élu pointe donc du doigt les zones réservées au tourisme, qu’il estime « pas suffisantes alors que ce secteur représente 90% de notre économie ». Le groupe UD entend aussi dénoncer « la sanctuarisation de Saint-Martin au détriment d’une nécessaire redynamisation économique de l’île ». « On ne peut pas redynamiser en protégeant les trois quarts du foncier » conçoit-il.
 
PROLONGER LA CONCERTATION ?
Le groupe UD entend demander à la majorité « plus de concertation », estimant que « les Saint-Martinois n’ont pas compris le projet de PLU et ses conséquences ». « Je m’engage à accepter qu’on repousse le délai d’adoption du PLU » indique Daniel Gibbs, qui nous a confié lors d’un autre entretien étudier « la possibilité de demander une prolongation de l’enquête publique ». « Si la procédure le permet ce serait un bon moyen de laisser plus de temps aux administrés pour s’exprimer et mieux comprendre les enjeux ».  
Par ailleurs le groupe UD entend de son côté « organiser la concertation en allant à la rencontre des Saint-Martinois et en leur donnant l’occasion de s’exprimer ». A la fin du mois, les observations recueillies seront remises à la présidente de la Collectivité.
 
 
Une permanence pendant l’enquête publique
L’association « We Love Saint-Martin », qui se mobilise depuis quelques semaines pour encourager la population à participer à l’enquête publique sur le Plan local d’urbanisme, annonce que ses représentants sont présents du lundi au vendredi entre 12 heures et 14 heures devant les bureaux de l’urbanisme pour guider ceux qui le souhaitent. Les membres de l’association assurent qu’ils peuvent diffuser toute information en français comme en anglais. 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.