Temps de lecture estimé : 4 minutes
Dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre, la frégate de surveillance Ventôse est intervenue pour intercepter un Go Fast faisant route vers la Guadeloupe, suspecté de trafic de drogue par l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) dans le cadre de sa mission de collecte du renseignement opérationnel. 
 
 

Lors de son action, la frégate a bénéficié du soutien d’un avion de patrouille maritime des forces armées canadiennes, déployé à Fort-de-France pour participer aux opérations internationales de lutte contre les trafics de stupéfiants dans la Caraïbe. 33 ballots de drogue ont été saisis, soit 800 kilos de marijuana.

La drogue récupérée a été remise à l’antenne Caraïbes de l’OCRTIS pour destruction. Les quatre présumés narcotrafiquants ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête judiciaire, sous l’autorité du procureur de la République.

Parrallèlement, fruit d’une enquête de longue haleine menée par les agents de la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières, un voilier suspecté de se livrer à un trafic de stupéfiants au départ d’Amérique du Sud, a été signalé aux forces armées aux Antilles via l’agence interministérielle de lutte contre le narcotrafic aux USA – la Joint Inter Agency Task Force – South (JIATF-S). Pisté grâce au concours d’un avion de patrouille maritime CP 140 Aurora des forces armées canadiennes et d’un Falcon 50 de la Marine nationale, le voilier Sequoyah a été intercepté le 3 octobre au matin par la frégate Ventôse. A bord ont été découverts puis saisis 808 kilos de cocaïne pure. En Europe, ce produit serait coupé en moyenne 5 fois et représenterait donc plus de 4 millions de sachets de 1 gramme. La drogue récupérée a été remise à l’antenne Caraïbes de l’OCRTIS pour destruction et les 3 présumés narcotrafiquants ont été placés en garde à vue.

Ces opérations portent le bilan de cette année 2015 à 7,8 tonnes de drogue interceptés en mer par l’action conjointe des services français positionnés dans la zone maritime Antilles.


 
A SINT MAARTEN
 
Cay Hill : deux braqueurs abattus
Il était près de 8 heures lundi matin lorsque deux individus masqués et armés ont tenté de faire un casse dans un fourgon blindé de la PanAmerican dans le secteur de Cay Hill. Postés en embuscade, ils ont tiré sur l’un des convoyeurs de fonds sur le point de transférer de l’argent, le blessant à la jambe. Les employés de la PanAmerican, formés à ces risques, ont cependant riposté et les deux malfrats sont morts sous les balles.
 
Le fuyard cause un accident
Mercredi dernier un banal contrôle de police s’est transformé en course-poursuite puis en accident. En milieu de journée, sur LB Scott Road, une patrouille a tenté de procéder au contrôle routier d’un Mitsubishi aux vitres teintées. Le conducteur n’a pas coopéré et s’est enfui à toute allure. Pourchassé par la police de Sint Maarten, le fuyard a tenté un demi-tour à une intersection, provoquant des collisions, l’une avec un autre véhicule projeté contre un mur, l’autre avec une voiture garée à proximité. Le fuyard a néanmoins tenté de continuer sa course folle en quittant sa voiture à pied. Il a été peu après interpellé par les forces de l’ordre. Le conducteur qui a subi le choc, se plaignant de vives douleurs dans la poitrine, a dû être pris en charge par les secours et conduit au Medical center. Le suspect blessé à la jambe a dû recevoir des soins. La scène a fortement perturbé la circulation dans le secteur de St Peters. L’enquête démontrera certainement les raisons pour lesquelles cet homme a voulu échapper au contrôle de police.  
 
Braquage au casino
Un individu vêtu tout de noir et le visage masqué s’est introduit dans un casino de Frontstreet mercredi soir et s’est dirigé vers le caissier. Le malfrat aurait tiré trois coups de feu avant de prendre du cash puis de s’enfuir à pied dans une direction inconnue. La Special Robbery Unit de Sint Maarten mène l’enquête…
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.