Temps de lecture estimé : 3 minutes
Tous les acteurs concernés par l’impact des sargasses sont conviés ce samedi à la CCISM afin, notamment, d’appuyer la demande de soutien financier.
 
 
 
 

Les brigades vertes sont bien entrées en action, mais pas avant début octobre, et concentrent actuellement leurs efforts sur certains sites. Les entreprises dont l’activité est liée au tourisme auront donc eu largement de temps de souffrir des échouages de sargasses. Professionnels de l’immobilier subissant des annulations de locations saisonnières, restaurateurs de plage tenus d’investir pour le nettoyage, responsables d’activités nautiques… Ces entreprises directement ou indirectement exposées aux sargasses, ont été fragilisées par le phénomène dans un contexte économique déjà pas très florissant. Samedi 17 octobre à 9h30, réunion de crise à la CCISM : les entreprises pourront faire part de leurs difficultés et doléances ce qui permettra à la CCISM de recenser l’intégralité des problèmes rencontrés. Sont également attendus des représentants de la Collectivité, de la préfecture et de la Réserve naturelle.  
 
Évaluation de l’impact financier
Les entrepreneurs en difficulté ont également été invités à renseigner un formulaire intitulé « Evaluation de l’impact économique des échouages de sargasses ». Ils ont jusqu’au 21 octobre pour le remettre à la CCISM. La Chambre consulaire s’est en effet engagée dans une démarche de soutien aux entreprises dont l’activité est impactée par la présence des algues brunes. Jeudi dernier, sa directrice Maggy Gumbs, le président d’honneur Steeve Tackling et le président de l’association Métimer Bülent Gulay se rendaient au Galion à l’initiative d’un opérateur du site. Au terme de l’entrevue, où avaient également répondu présents des restaurateurs de Baie Orientale, la CCISM a donc créé la fiche de renseignements où les entrepreneurs pourront faire part des coûts engendrés par les échouages. L’impact financier des sargasses pourra donc être évalué sur l’ensemble du territoire et motiver des demandes de soutien financier sur les enveloppes débloquées par l’Etat. La Chambre consulaire s’est également engagée à demander des moratoires aux organismes sociaux pour échelonner les cotisations des entreprises en difficulté.
 
 
Cul-de-Sac et Coralita en cours de nettoyage

Les brigades vertes, équipes chargées du ramassage régulier en vertu du protocole anti-sargasses de la Préfecture et de la Collectivité, se sont mises à l’œuvre le 1er octobre dernier à l’embarcadère de Cul-de-Sac, zone particulièrement infestée de sargasses. Une partie poursuit son travail, et une autre a embrayé sur Coralita. Un travail de fourmi, quand on voit l’état des autres sites qui attendent urgemment des intervention, à l’instar de Mont Vernon.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.