Temps de lecture estimé : 4 minutes
Des représentants de Conseils de quartier et responsables associatifs se sont réunis mercredi pour acter une contestation contre le Plan local d’urbanisme, soumis à la population pour enquête publique jusqu’au 31 octobre. 
 
 

Depuis l’annonce de l’ouverture de l’enquête publique, ce Plan local d’urbanisme que la majorité tente de mener à terme pour qu’il soit exécutoire à la place du POS, réveille les inquiétudes et attise les tensions. Soumis à enquête publique depuis le 1er octobre et, comme le veut la procédure, pour une durée d’un mois, le projet de PLU arrêté par les élus en juin dernier n’est manifestement pas accepté, ou compris, par une partie de la population. Mercredi, des représentants de Conseils de quartier et responsables associatifs se réunissaient à Quartier d’Orléans pour partager leurs craintes et faire signer une pétition : « Stop au PLU, Stop à l’enquête publique ». « Tous les secteurs de la population de Saint-Martin, à peu d’exceptions près, sont négativement impactés par le projet de PLU, que vous imposez depuis ces derniers mois, sans que vous ayez le courage d’expliquer de façon satisfaisante un certain nombre d’incohérences fondamentales sur le devenir économique de notre île », peut-on lire en préambule du plaidoyer. Les pétitionnaires estiment aussi que le PLU « base ses décisions sur une hypothétique agriculture », que les zones couvrant le plus important marché de location touristique de luxe « sont directement menacées par l’urbanisation prévue » et que certains propriétaires « ne pourront ni construire ni investir sur (leur) héritage ancestral ».
 
UN PLU PAS DÉMOCRATIQUE ?
« Nous avons reçu des pages traduites en anglais et résumant le PLU » indique Patricia Chance-Duzant, représentante du Conseil de quartier numéro 2. Mais cela ne serait pas suffisant, les élus étant accusés a contrario de multiplier « les communications et les échanges dans les langues parlées sur l’île en période électorale ». Le PLU, programmé pour une urbanisation pouvant couvrir les besoins de 15.000 habitants supplémentaires, suscite à ce titre de nouvelles inquiétudes : « Quid des réseaux ? » scandait Patricia Chance-Duzant, affirmant que « Saint-Martin a surtout besoin de touristes ». Quant au président de la toute jeune association We Love Saint-Martin, s’il invitait fortement la population à participer à l’enquête publique, il a souhaité relever des manquements à la procédure, concernant l’absence « d’informations essentielles sur l’avis communiqué au public ». Gilles Kelaïdites interpelle également les élus sur la possibilité, offerte par la loi, de participer par e-mail à l’enquête publique. Quant au représentant de l’association Soualiga Grassroot Movement il déplorait « une information peu accessible » et « l’absence d’aide pour lire les documents du PLU ». « Pour faire passer un projet il faut investir afin de bien le communiquer à la population » défendait-il.
 
OÙ ON REPARLE DES 50 PAS GÉOMÉTRIQUES
La question de la régularisation des occupants sans titre du domaine public sur la zone des 50 pas géométriques s’est également adossée, tant qu’à faire, à la contestation du PLU. En ce sens, la pétition proposée mercredi soir à l’assistance voulait aussi dire « stop au rachat abusif et arbitraire desdits 50 pas géométriques ».
Le conseiller territorial Jules Charville, qui s’exprime régulièrement sur ce dossier, s’est ainsi prononcé pour « l’annulation » de la délibération d’avril 2015 : le Conseil exécutif s’était alors prononcé sur les prix au m2 : « 33 € sur les parcelles éloignées de la mer, 42,90€ pour celles qui sont plus proches, alors qu’en Guadeloupe, c’est 10 à 15 € le m2 » détaillait l’élu, jugeant les tarifs décidés pour Saint-Martin « abusifs ». Jules Charville estime en outre que « cette décision devrait être prise par le Conseil territorial ». Par sa voix, la pétition demande également la création d’une commission de vérification des titres de propriété : « certaines personnes disposent de titres de propriété anciens et aujourd’hui, alors qu’ils ont reçu un avis favorable pour la régularisation des 50 pas géométrique, on leur demande quand même d’acheter le terrain ».
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.