Temps de lecture estimé : 6 minutes
La grande famille du St Martin Rugby Union était réunie à l’Arhawak pour regarder les quarts de finale de la Coupe du monde. Elle y a vu des Bleus humiliés 62-13 par les Blacks.

Samedi à Cardiff, les Bleus dans leur maillot rouge avaient le couteau sous la gorge. Et les All Blacks ne se sont pas privés de leur rappeler à travers leur féroce Kapa o Pango, ce haka des grands jours conclu par un geste semblable à un égorgement. Avant même le coup d’envoi, le ton était donc donné au Millenium Stadium. Samedi à Marigot, massés devant l’écran géant, petits et grands de l’Union rêvaient eux d’un exploit comme en 2007, à ce même moment de la compétition, sur cette même pelouse et face à cette même nation du bout du monde.
 
LE FILM DU MATCH
Bousculés d’entrée de jeu, les Français peinent en conquête et se font déborder en défense. Acculés dans leurs vingt-deux, les Bleus vendangent les placages et manquent cruellement d’inspiration. A la 11ème minute, le coup de pied de dégagement de Michalak est contré par Retallic. Le deuxième-ligne néo-zélandais s’en va dans l’en-but. Premier essai de la rencontre. Le demi d’ouverture français reste au sol, claqué à la jambe et touché certainement aussi au mental. Carter ajoute deux points : 10-3 pour les Blacks. Talès remplace Michalak. La France perd un de ses joueurs les plus expérimentés. La botte de Parra permet cependant aux Bleus de rester au contact des Blacks.
Et puis tout d’un coup, les Français emballent le match. A l’Arhawak, on recommence à y croire. On bondit avec Nakaitaci. On perce avec Picamoles. On plaque avec Dusautoir. Le French Flair est en marche jusqu’à la 23ème minute et cette fulgurance de Milner-Skudder. L’ailier kiwi passe en revue la défense du coq et s’en va chanter derrière la ligne. Essai transformé. La Nouvelle-Zélande mène 17 à 6. Et bientôt 24 à 6, suite à une nouvelle offensive. Avant la demi-heure de jeu, Carter délivre une improbable chistera pour l’autre ailier Savea, qui aplatit ce troisième essai All Blacks.
 
DES QUILLES ROUGES
A la 36ème, Picamoles redonne un peu d’espoir au XV de France, ainsi qu’à ses supporters des Antilles. Le troisième-ligne s’échappe et concrétise une longue et éprouvante phase de jeu pour les Bleus. « Heureusement qu’il y a les Toulousains » peut-on entendre sur le Front de mer. Il faut bien admettre que ce Picamoles et ses amis Dusautoir et Maestri tiennent la baraque. Ce qui n’est pas le cas du reste de l’équipe. Deux minutes plus tard, le bulldozer Savea démolit trois quilles rouges sur son passage et récidive.
A la mi-temps, le score est de 29 à 13 à l’avantage des champions du monde. On sent bien que nos amis du St Martin Rugby Union ont pris un coup derrière la cafetière. Lucide, le président Patrick Gréa veut toutefois continuer d’espérer. Qui sait ? Sur un malentendu… « Les Français se sont fait transpercer plusieurs fois. Vu le score, ça va être très compliqué pour revenir en seconde mi-temps. Mais on y croit. Un match de rugby, ça se joue jusqu’à la fin. Allez les Bleus ! En espérant qu’on pourra empêcher les All Blacks de nous mettre une volée. »
 
RECORD DE LA PLUS LARGE DÉFAITE
Après la leçon de rugby de la première période, les Néo-Zélandais infligent cette fois une correction aux Français à leur retour des vestiaires. Notamment réduits à quatorze pendant dix minutes, pour une « caresse » de Picamoles sur la joue de McCaw, les Bleus ne marquent plus le moindre point. En face, les Blacks envoient leurs hommes à cinq reprises dans l’en-but tricolore. Neuf essais au total pour les Néo-Z, dont un triplé de Savea (29e, 38e, 50e) et un doublé de Kerr-Barlow (68e, 71e), qui a remplacé Smith à la mêlée (65e).
 
MICHALAK ET PAPÉ RACCROCHENT
Et la dixième réalisation est proche, quand à la 80ème minute, ce bon vieux Nonu se prend à sprinter vers la ligne d’essai. A l’Arhawak, dans les rangs des supporters des Bleus, l’amour du beau jeu l’emporte sur le chauvinisme et on est presque déçu de voir Dulin rattraper le trois-quarts-centre Néo-Zélandais. Score final : 62-13. Le XV de France entre dans l’histoire de la Coupe du monde comme l’équipe qui a concédé la plus large défaite (49 points) hors phases de poules. La page Saint-André se tourne. Michalak et Papé mettent un terme à leur carrière internationale. Mas devrait les suivre. Dusautoir est incertain.
A plus de 6.000 km de Cardiff, Frédéric Mallet est lui perplexe devant l’état sclérosé du rugby tricolore. «  Peut-être qu’il faut qu’on se reconcentre sur la technique car il y a un gros manque. Peut-être qu’il faut créer un groupe de copains et retrouver les bases du rugby : on avance, on passe. » La France blackboulée de la Coupe du monde en quarts, l’éleveur de champions de l’Union préfère voir des similitudes entre Saint-Martin et la Nouvelle-Zélande, et rêver le futur. « C’est une petite île avec peu d’habitants. Mais par contre, il y a un pourcentage énorme de la population qui joue au rugby. Peut-être que ce sera le cas un jour à Saint-Martin et qu’un de nos jeunes jouera en équipe de France. »
 

 
Les Four Nations en demies
 
Pour la première fois en huit éditions de Coupe du monde, aucun pays de l’hémisphère Nord n’a réussi à se hisser dans le dernier carré de la compétition. Si dans l’ensemble, la logique sportive a été respectée, les Irlandais paraissaient, sur le papier, avoir les moyens d’accéder aux demi-finales. L’Ecosse, rare équipe à n’avoir jamais battu la France de PSA, est elle passée à deux points de l’exploit face aux Australiens. Et il aura manqué quelques hommes au Pays de Galles pour résister quatre-vingts minutes aux Springboks. Afrique du Sud – Nouvelle-Zélande et Argentine – Australie : il va donc souffler comme un air de Four Nations sur cet avant-dernier acte de la Coupe du monde au pays de Shakespeare.
RESULTATS DES QUARTS DE FINALES
Afrique du Sud 23 – 19 Galles    
Nouvelle-Zélande 62 – 13 France    
Irlande 20 – 43 Argentine    
Australie 35 – 34 Ecosse
 

 
 
Un Provençal de retour à Saint-Martin
 
Jusqu’à vendredi, le St Martin Rugby Union organise un stage de perfectionnement sous la direction de Cédric Despalle, entraîneur au Provence Rugby Aix Marseille (Pro D2). Il s’agit de la deuxième venue du technicien provençal à Saint-Martin pour ce rugby-camp qui rassemble plus d’une vingtaine de jeunes rugbymen des catégories U16 et U18. Au menu du stage : ateliers techniques, mises en situation, formation théorique, rugby sur la plage et repas entre copains. Renseignements : 06 90 87 31 74 ou 06 90 61 09 03
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.