Temps de lecture estimé : 10 minutes
Une météo clémente a cueilli les 140 randonneurs qui avaient répondu à l’appel du Club Rotaract Saint-Martin Nord. 
 
 
 
 

A l’occasion d’Octobre Rose ce « Walk the Walk for Breast Cancer » a permis de sensibiliser au cancer du sein et à l’impérieuse nécessité de se faire dépister le plus tôt possible.De Galisbay à Simpson Bay, les participants ont usé leurs baskets avant de se voir offrir un petit-déjeuner bien mérité, non sans écouter attentivement les allocutions de la présidente du Rotaract ainsi que celle de Ketty Karam, présidente de l’AGWADEC (association guadeloupéenne pour le dépistage des cancers). Les plus téméraires à qui restait un peu d’énergie ont également participé à une session de Zumba. Le Rotaract souhaite féliciter les troupes: « cette année nous avons changé le parcours, et fait en sorte que les marcheurs ne soient pas gênés par le soleil lors du choix du circuit. Nous sommes très satisfait du déroulement de l’évènement, ce fût un véritable succès ! ». De nombreux sponsors s’étaient associés à cette juste cause : Agwadec, UTS, Collectivité territoriale de Saint-Martin, Computech, Motorworld, Super U, Shop 4 Less, Arial Designs, RGB Visions, boulangerie Le fruit à pain, Netter, CC1 SxM, Manrique Capriles & Sons, Jean Marie Espaces Verts, Hubert Felming, Larry Dormoy, Lainez Bakery, Epicentre boulangerie, Soualiga farm, H & R Supply.
 

 
Une formation au service des enfants
 
Mardi après-midi, dans l’enceinte de l’école Nina Duverly, l’heure de vérité était arrivée pour une cinquantaine de prétendants au BAFA (brevet d’aptitude à la fonction d’animateur) et au BAFD (brevet d’aptitude à la fonction de directeur). Après une semaine de préparation en compagnie de Sophia Glorieux, Jeanne Zénon, Gilbert Gaston et Sylvio Martin, nos futurs animateurs et directeurs de centre aéré ont montré leurs facultés de travail en équipe au cours d’une fête. « La fête finale, explique Sophia Glorieux, directrice du stage Base BAFA, est un outil d’évaluation qui permet aux stagiaires de montrer leurs savoir-faire et savoir-être au service des enfants et des jeunes. La formation doit être un outil au service de l’engagement social et que les stagiaires développent le vivre-ensemble dans leurs fonctions à Saint-Martin. »
 

 
Une compagnie aérienne locale à la carte
 
Une nouvelle compagnie aérienne 100% locale s’installe à l’aéroport international Princess Juliana : St. Maarten Airways. La compagnie, qui ne dispose pour l’heure que d’un seul appareil, joue la carte VIP et proposera des services à la demande. Les premiers vols sont programmés pour la période de Thanksgiving. St. Maarten Airways desservira Saba, Saint-Barthélemy, Nevis, Tortola, Anguilla et la Barbade. La compagnie locale projette également d’acquérir deux avions supplémentaires. « Nous accueillons l’initiative de St. Maarten Airways et seront heureux de l’accompagner du mieux possible », affirme Regina LaBega, la directrice du SXM Airport. Pour Rolando Brison : « la compagnie aérienne vise à offrir des prestations sûres et efficaces en matière de voyage à la demande. » Le directeur général de St. Maarten Airways ajoute que « nous sommes déterminés à offrir en priorité l’opportunité à la population locale de faire partie de cette compagnie », ajoutant que la compagnie aérienne est un « véritable initiative locale » qui offrira des possibilités de carrière.
 

 
La Cité des Outre-mer : une réalité en 2017 ?
 
Une nouvelle étape vient d’être franchie dans la réalisation de la Cité des Outre-mer à Paris. Le ministère de la rue Oudinot, la Ville de Paris et le Conseil régional d’Ile-de-France « vont très prochainement signer une convention pour mettre en place une mission de préfiguration chargée de proposer des modalités opérationnelles de constitution : concept du projet, lieux pressentis, coûts d’opération, financement, coûts de fonctionnement, modalités de gestion, etc » annonce un communiqué. Les 29 septembre et 8 octobre derniers, le conseil de Paris et le Conseil régional d’Ile-de-France ont adopté des délibérations par lesquelles ils engagent leurs collectivités dans un partenariat avec le ministère des Outre-mer. Objectif affiché : mettre en place à brève échéance une mission d’élaboration de scenarii techniques concrets, préalables à la prise de décision quant à la localisation, à la programmation et aux modalités de financement de la Cité des Outre-mer. Ce lieu entend favoriser un nouveau regard sur les territoires ultramarins et être une plateforme d’échanges et de rencontres. Elle a pour objectif de valoriser les cultures, les arts, les traditions, l’art de vivre et les savoir-faire auprès de la communauté nationale et internationale. François Hollande a souhaité que ce lieu de diffusion des cultures et des savoirs des Outre-mer puisse être ouvert avant la fin de son quinquennat. « George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer se réjouit de cette avancée et met tout en oeuvre pour que la Cité des Outre-mer ouvre ses portes d’ici à 2017 » est-il annoncé.
 

 
Défiscalisation : le Gouvernement acte l’après 2017
 
La ministre des Outre-mer annonce une évolution du dispositif de défiscalisation afin de clarifier et de stabiliser le cadre des aides à l’investissement Outre-mer au moins jusqu’au 31 décembre 2020. Un amendement gouvernemental viendra modifier l’article 43 du Projet de Loi de Finances pour introduire les nouvelles dispositions. Ces mesures ont vocation à clarifier le cadre de l’aide fiscale aux investissements Outre-mer au-delà de leur terme légal actuel, c’est-à-dire le 31 décembre 2017. Dans les cinq départements et régions d’Outre-mer, le mécanisme du crédit d’impôt couvrira l’ensemble du secteur du logement social à compter de 2018. A partir de cette même date, ce même mécanisme sera progressivement étendu aux opérations réalisées dans le secteur productif, moyennant la montée en puissance d’un dispositif de préfinancement efficace. Parallèlement, les petits investissements pourront continuer à bénéficier de la défiscalisation classique. Dans les collectivités à fiscalité propre (Nouvelle Calédonie, Polynésie Française, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis et Futuna), où le crédit d’impôt n’est pas applicable, les mécanismes de défiscalisation classiques seront conservés, pour le logement social comme pour l’investissement productif. Par ces mesures, le Gouvernement « répond à une attente forte des acteurs économiques des Outre-mer, poursuit la mise en oeuvre de la réforme engagée en 2014 et tient les engagements pris par le président de la République et le Premier ministre depuis 2012 ». La ministre des Outre-mer « se félicite de cette évolution favorable au développement des entreprises et de l’emploi en Outre-mer », considérant les 2 milliards d’euros d’investissement que permettent d’engager chaque année ces aides fiscales.
De son côté, la FEDOM (fédération des entreprises d’Outre-mer) « se félicite de cette prolongation, qui résulte d’une volonté de donner de la visibilité aux entreprises ultramarines ». Elle entend toutefois rappeler que « prolonger seulement jusqu’en 2020  est insuffisant pour les grands projets structurants, qui nécessitent, il faut le souligner, 4 à 5 ans de démarches ». La FEDOM affirme qu’elle sera « très vigilante » sur les dispositifs qui seront concrètement mis en place pour que le crédit d’impôt puisse devenir un réel outil de développement pour les entreprises, « ce qui n’est pas encore le cas actuellement, la question du pré financement restant aléatoire ».
 

 
Dengue et chik se font discrets
 
La circulation des virus de la dengue reste de type sporadique à Saint-Martin révèle l’Institut de veille sanitaire dans son point épidémiologique de la mi-octobre. Entre mi-août et début octobre, le nombre hebdomadaire de patients ayant consulté un médecin généraliste pour une suspicion de dengue à Saint-Martin est resté inférieur aux valeurs maximales attendues pour la période. On estime ce nombre à une douzaine. Deux confirmations biologiques pour dengue ont été enregistrées durant cette période.
Quant au nombre hebdomadaire de consultations pour suspicion de chikungunya, il est à son niveau le plus bas depuis les quatre derniers mois. Aucun patient n’a consulté un médecin généraliste pour une suspicion de chikungunya entre mi-août et début octobre d’après les données du réseau de médecins sentinelles. Parallèlement, aucun cas n’a été confirmé biologiquement pendant cette période.
 

 
Deux aides pour le maintien de la filière agricole
 
La préfecture de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin a obtenu deux aides financières au bénéfice des éleveurs saint-martinois touchés par la sécheresse, qui sévit sur Saint Martin depuis octobre 2014. Ces deux aides confirment la volonté de l’État de soutenir les filières professionnelles agricoles de Saint Martin.
La première aide, d’un montant de 30 000 euros est octroyée par le Ministère de l’agriculture et relève du régime de minimis agricole. Il s’agit d’une aide spécifique dédiée aux professionnels de l’élevage bovin qui satisferont aux conditions d’éligibilité suivantes : avoir effectué une déclaration de surface dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC) 2015 et avoir demandé la prime d’aide au développement et au maintien du cheptel allaitant (ADMCA) 2015. Cette aide financière forfaitaire devrait permettre de couvrir une partie des surcoûts en fourrage et en eau auxquels ont dû faire face les éleveurs pour couvrir les besoins supplémentaires en alimentation du bétail pendant la sécheresse. Une table ronde a été organisée hier jeudi en Préfecture avec les représentants de la profession agricole et les éleveurs directement concernés par ce dispositif de minimis agricole.
La seconde aide est un fonds exceptionnel pour l’achat de fourrage. Ce fonds est mis à disposition par le Préfet de Région pour un montant de 12 000 €. Une convention a été signée ce jour avec la CCISM pour l’achat d’un container de fourrage de 40 pieds. Elle est destinée à venir en aide aux éleveurs de bovins, d’ovins et de caprins qui n’auront pas pu bénéficier de l’aide de « minimis agricole ». Ces aides financières de l’État contribuent à soutenir les élevages bovins, ovins et caprins dont le maintien des filières est vital pour garantir l’approvisionnement en animaux de boucherie de l’abattoir inauguré en juin 2015.
 

 
Pont de Sandy Ground en panne
 
Suite aux orages qui se sont abattus sur l’île dans la nuit du 26 au 27 octobre dernier, la foudre a endommagé l’alimentation de la commande de l’armoire électrique servant à la levée du pont de Sandy Ground. La SAMAGEST indique dans un communiqué que : « L’arrêt momentané du service public dont nous avons la charge, a pour effet d’engendrer des problèmes d’organisation dans la vie des plaisanciers et des professionnels et nous nous en excusons. Nous nous attelons à remettre en service cet outil, indispensable à la bonne circulation des personnes et des biens, dans les plus brefs délais. »
 

 
Les services de l’Etat en un seul clic
 
Sur le site internet de la Préfecture de Guadeloupe, on apprend qu’à partir du 7 novembre 2015, sur tous les sites des services de l’État en département, les usagers (particuliers, professionnels ou associations) pourront adresser en ligne leurs demandes d’information à l’attention de l’administration ou d’envoi de dossier lié à une démarche administrative. Pour les démarches qui le permettent, ce service, facultatif et gratuit, permettra de renseigner en ligne un formulaire de dépôt de demande, d’y joindre les pièces justificatives nécessaires à l’accomplissement de la démarche et de le transmettre aux services administratifs compétents. Ainsi dans une dizaine de jours, vous pourrez accéder à une liste des démarches ouvertes par voie électronique.
 Ce service ne se substituera pas aux services en ligne déjà existants. 
Dans ce cas, les usagers sont invités à se servir directement du téléservice gouvernemental existant en se rendant sur le site  https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/services-en-ligne-et-formulaires
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.