Temps de lecture estimé : 3 minutes
Se trouvant hors de Saint-Martin le 22 octobre, la présidente regrette qu’un dialogue préalable n’ait pas eu lieu avant le blocage de la partie française. Elle confirme néanmoins la reprise des concertations sur le plan d’urbanisme. 

« En réaction aux événements du 22 octobre 2015, qui ont paralysé l’activité de notre territoire pendant plus de 16 heures, je voudrais tout d’abord remercier l’ensemble des Saint-Martinois pour leur comportement exemplaire et leur patience, compte tenu des bouleversements que ces événements ont engendré sur leur quotidien.
Si je suis particulièrement attachée aux droits que nous confère notre démocratie, en tant que présidente de ce territoire, je ne peux que regretter qu’une population tout entière ait été prise en otage par quelques-uns, à des fins individuelles et politiciennes. Je déplore que le territoire tout entier ait été bloqué, alors qu’il aurait tout à fait été possible d’ouvrir un axe prioritaire pour préserver la sécurité de la population et faciliter la circulation des secours.

J’estime qu’il faut toujours privilégier le dialogue, et je m’interroge sur les réelles motivations de ce collectif qui n’a fait aucune démarche préalable pour exposer ses doléances à l’exécutif. Une rencontre en amont aurait probablement permis d’engager la discussion sans pour autant en arriver au blocage du territoire et de ses habitants.
Néanmoins, la Collectivité de Saint-Martin a pris la situation en main et je tiens à saluer la détermination et l’engagement sans faille de mes quatre vice-présidents, Guillaume Arnell, Ramona Connor, Wendel Cocks et Rosette Gumbs-Lake, qui ont tout mis en œuvre pour aboutir à une sortie de crise rapide, satisfaisant les deux parties. Nous sommes restés en contact téléphonique toute la durée de la contestation, et je me réjouis qu’un accord ait pu être signé le jour même. Ma seule préoccupation a été de lever les barrages pour le bien de nos concitoyens, et de notre économie qui a considérablement souffert ce jour-là ; sans parler de l’image déplorable que cette action a donné de notre destination touristique.
La négociation a permis d’aboutir à un accord de principe qui annule la phase d’enquête publique du Plan Local d’Urbanisme (PLU) et relance la concertation dans les quartiers ; mais l’objectif désormais est de constituer un plan d’urbanisme concerté et mieux compris par la population. Un arrêté territorial stoppant l’enquête publique a été pris en ce sens le 26 octobre 2015.
Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que notre territoire ait son plan d’urbanisme et qu’il serve au mieux l’intérêt général de Saint-Martin et des Saint-Martinois. Il s’agit de faire avancer notre territoire ; de nombreux projets écono-miques porteurs d’activités et d’emplois sont en jeu et je compte sur toutes les bonnes volontés pour nous aider dans ce processus« . 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.