Temps de lecture estimé : 2 minutes
Lors d’un récent déplacement, la Chambre consulaire interprofessionnelle (CCISM) et la Collectivité ont renforcé les liens avec la filière élevage martiniquaise.

Depuis plusieurs années la CCI Saint-Martin apporte son expertise et anime le réseau des intervenants de la filière élevage. Un récent déplacement conjoint avec la Collectivité a permis de renforcer les relations déjà existantes avec ce secteur en Martinique et notamment avec la Chambre d’Agriculture par l’intermédiaire de son président Louis-Daniel Bertome. La Chambre consulaire interprofessionnelle s’attelle notamment à ce que la filière locale puisse jouir des missions dévolues à un EDE (Établissement Départemental de l’Élevage), organisme non représenté à ce jour à Saint-Martin, et qui permet l’identification précise des cheptels et donc leur traçabilité.
Afin de renforcer la filière élevage plusieurs rencontres ont également eu lieu avec des éleveurs, qu’ils soient naisseurs et/ou engraisseurs. En effet, pour étoffer le cheptel saint-martinois et garantir la valorisation d’une production suffisante, l’importation de têtes de bétail dédiées à la reproduction ou à l’engraissement depuis des territoires présentant les mêmes contraintes climatiques que les nôtres semble être la solution la plus évidente.
Parce que l’année 2015 a été particulièrement marquée par la sécheresse, engendrant des problèmes d’alimentation des animaux et donc des surcoûts lourds sur la filière en cours de structuration, une rencontre a eu lieu chez un exploitant agricole spécialisée dans la culture fourragère. Au delà d’une exemplarité qu’il serait complexe à reproduire à Saint-Martin faute d’espaces mécanisables suffisants, la proximité de la Martinique pourrait être une réponse adaptée en cas d’urgence et de nécessité d’importation de fourrage.  
Enfin, une rencontre avec l’Institut Karibéen et Amazonien de l’Elevage a permis de mieux cerner les contingences spécifiques liées à l’élevage et à l’identification des animaux, aux problém-atiques sanitaires ainsi que d’approcher les qualités intrinsèques des différentes espèces bovines, ovines, caprines et porcines.
 
La CCI Saint-Martin, en multipliant les rencontres et le travail de réseau, entend poursuivre son engagement au profit de la filière agricole saint-martinoise, qu’elle juge porteuse d’emplois et garante d’une diversité économique nécessaire.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.