Temps de lecture estimé : 2 minutes
L’un  est musulman, l’autre juif, et cela a suffi pour qu’ils s’empoignent… sur le front de mer de Marigot. L’histoire est un peu compliquée et se termine par des insultes à deux gendarmes et un pompier.

Le 2 août dernier, en fin d’après-midi, les pompiers sont appelés par la gendarmerie de Marigot pour transporter une personne blessée aux urgences. Ce monsieur, venu porter plainte pour coups et blessures, a en effet un bel hématome au visage et les pompiers le conduisent donc à l’hôpital. En arrivant sur place, un homme également amoché voit l’autre arriver et commence à le couvrir d’insultes. Les pompiers comprennent vite que ces deux personnes se sont mutuellement infligées leurs blessures et les gendarmes sont appelés afin d’éviter que la situation ne se dégrade. Il s’avère que l’un est musulman et l’autre juif, que tous deux ont un casier judiciaire long comme le bras et qu’ils ont fini par en venir aux mains.
 
Les deux gendarmes, qui sont des femmes, tentent de les calmer, mais en vain. Le musulman lui lance «p****n, je te pi**e dessus», avant de lui cracher à la figure. Un pompier s’interpose entre la militaire et l’homme et s’entend alors dire qu’il a «une sale tête d’arabe», suivi de «tu peux aller te faire mettre, fonctionnaire de merde». Lors de sa garde à vue, cette personne expliquera aux gendarmes qu’il ne peut pas s’empêcher d’insulter les gens lorsqu’il est en colère. Né à Paris il y a 33 ans, il a beaucoup bougé, d’abord en France, puis dans les Antilles françaises. Son parcours est émaillé de 13 condamnations pour violences, outrages et menaces, et de plusieurs années de prison.
 
Le juge Égron-Reverseau a suivi les réquisitions du procureur et a condamné le prévenu à six mois de prison assortis d’une amende de 500 euros pour outrages sur personnes chargées de mission de service public. Le tribunal a reçu la constitution de partie civile des deux gendarmes et du pompier, qui demandent chacun 250 € de dommages et intérêts.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.