Temps de lecture estimé : 3 minutes
Du 4 au 6 mars, le premier tour contre le Canada sera organisé au Vélodrome Amédée-Détraux de Baie-Mahault, sur un court en terre battue extérieure.

Vendredi, la Fédération française de tennis (FFT) a annoncé que le premier tour de la France en Coupe Davis se déroulerait en Guadeloupe. Le président de la Fédération Jean Gachassin est ravi de «cette première historique » et remercie «Yannick Noah et les joueurs, qui ont été à l’initiative » de ce choix. Pour la première fois, la Coupe Davis va se déplacer aux Antilles, à Baie-Mahault en Guadeloupe qui a été préférée à Fort-de-France (Martinique), Rouen (Seine-Maritime) et Albertville (Savoie). «Je suis convaincu que nous assisterons à une grande fête du tennis », a ajouté le président de la FFT.
Pourquoi les Antilles ? Parce que le capitaine Yannick Noah et ses joueurs ont opté pour la terre battue extérieure afin de gêner le plus possible les Canadiens. Et comme il fait froid en métropole au mois de mars, le choix s’est naturellement porté sur l’Outre-mer. « Il était important de suivre le vœu de Yannick, a expliqué Jean Gachassin. Il en a parlé aux joueurs, qui ont tout de suite été d’accord. » Le Vélodrome Amédée-Détraux, antre des Championnats d’Europe de cyclisme sur piste en 2014, accueillera donc le premier tour de la Coupe Davis en mars prochain. Bien entendu, l’enceinte sera aménagée pour recevoir des matches de tennis. La FFT vise une capacité de 8000 places, 9000 au maximum.
 
LLODRA APPROUVE L’IDÉE
Le choix des Antilles, et plus précisément de la Guadeloupe, a été bien accueilli. Le jeune retraité Michaël Llodra approuve la décision. « C’est une très bonne idée d’avoir proposé les Antilles. C’est top. Ce sera une nouvelle expérience et le meilleur endroit pour jouer les Canadiens, a commenté l’ancien joueur, qui a disputé 37 matches (24 victoires, 13 défaites) sous le maillot bleu de 2002 à 2014. Et puis ce sera sympa pour (le Guadeloupéen, ndlr) Gaël Monfils. S’il est sélectionné là-bas, ce sera dur de jouer contre lui ». LLodra ajoute que « jouer sur terre battue et en extérieur sera bien plus compliqué pour les Canadiens, en particulier pour leur n°1, Milos Raonic. »
 
UN COÛT DE 1,5 M€
Du point de vue logistique, ce déplacement s’annonce hors du commun. Le président de la FFT parle « d’expédition ». « Il va falloir construire un court, des gradins, des éclairages, transporter 400 tonnes de terre battue en bateau. Mais on est préparé. » Au total, le coût se monte à 1,5 million d’euros, dont un million (construction du stade et transport de la terre battue) sera pris en charge par les collectivités territoriales, le Conseil régional. Ce dernier a assuré être en mesure de répondre financièrement. L’entourage de Victorin Lurel précise qu’il « n’y aura pas de hausse d’impôt ». « Au regard des retombées médiatiques et d’image attendues, c’est un engagement qui aura un retour sur investissement assuré. Le rayonnement international de la Guadeloupe, la volonté d’organiser des événements internationaux pour développer le tourisme au delà de la cible européenne et française, cibler la clientèle nord-américaine. »
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.