Temps de lecture estimé : 2 minutes
Lundi après-midi, vers 15 heures, alors qu’ils patrouillaient à proximité du collège Mont des Accords, des gendarmes ont aperçu le conducteur d’un deux-roues qui circulait sans son casque.

Les hommes en bleu ont alors sommé le contrevenant de s’arrêter. Au lieu de s’immobiliser, ce dernier a esquivé le contrôle, blessant gravement un militaire sur son passage. Le pilote du scooter a été aussitôt interpellé par la maréchaussée, puis placé en garde-à-vue. Le gendarme souffre d’une double fracture tibia-péroné. La brigade de Marigot et la brigade de recherche ont été co-saisies de l’affaire. Pour ces faits de violences aggravées avec circonstances aggravantes sur personne dépositaire de l’autorité publique, l’individu risque une peine de prison ferme. « J’espère que cette personne sera jugée en comparution immédiate », a laissé échapper le chef d’escadron Sébastien Manzoni. Le commandant de gendarmerie pense toutefois que le cas devrait être réglé en correctionnelle.
 

 
Sint Maarten: les 3 Syriens toujours derrière les barreaux
 
Pour avoir présenté de faux papiers d’identité le 14 novembre dernier au contrôle de l’aéroport Juliana, trois ressortissants syriens âgés de 26 à 29 ans sont toujours derrière les barreaux. Mardi, ils ont une nouvelle fois été présentés au tribunal de Sint Maarten et pourraient voir leur détention prolongée de trente jours. L’enquête est conduite par la police avec l’aide de deux inspecteurs de la police nationale hollandaise et d’un traducteur de langue arabe. L’enquête se concentre essentiellement sur l’origine des passeports falsifiés ainsi que sur la véritable identité des trois individus. Les Syriens clament avoir fuit leur pays pour gagner l’Europe en empruntant la route Brésil / République dominicaine / Haïti / Saint-Martin. Des trajets identiques ont été empruntés par d’autres ressortissants syriens arrêtés dans des pays voisins. Selon l’agence Reuters, le Honduras a récemment relâchés cinq Syriens détenus depuis le 18 novembre pour présentation de faux papiers. Les cinq hommes se sont chacun acquittés d’une caution de 450 dollars. Ils resteront au Honduras pendant quatre-vingt-dix jours, le temps que les autorités étudient la possibilité de leur accorder l’asile permanent.  
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.