Temps de lecture estimé : 1 minute
Jeudi matin sur la plage de Grand-Case, il y avait bien un ou deux transats qui faisaient de la résistance.

Mais dans l’ensemble, les hôteliers et les restaurateurs respectent rigoureusement la décision de la Collectivité, prise lors du conseil exécutif du 17 novembre et qui les oblige à libérer le domaine public. Les opérateurs ont été avisés de cette décision lundi 7 décembre. Ils ont eu un délai de sept jours pour se mettre en règle et donc retirer transats, tables et parasols qui fleurissaient sur le sable.
 
 
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.