Temps de lecture estimé : 2 minutes
Jugé pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique, conduite sans permis et usage de faux document, un jeune homme a été condamné jeudi dernier à six mois de prison ferme et 800 euros d’amende.

Le 17 septembre 2015, au volant d’un petit camion de chantier, ce jeune homme bloque le passage d’une voiture banalisée de la gendarmerie en patrouille. Les militaires lui signalent par des cris et des signes qu’il doit bouger son véhicule, ce qu’il fait, en lâchant un «Fuck boys» au moment où les gendarmes arrivent à sa hauteur. Il fait bien entendu l’objet d’un contrôle immédiat, au cours duquel il produit son passeport français et un improbable permis de conduire intitulé «International driver’s licence». Placé en garde-à-vue, il explique qu’il a acheté ce permis 800 dollars à Sint Maarten, afin de pouvoir y trouver un emploi de chauffeur. Il sait qu’il doit passer son permis de conduire français et assure qu’il va travailler pour se le payer. «Vous auriez mieux fait d’investir cet argent pour passer votre vrai permis,» lui lance le président. Le prévenu reconnaît les injures, en les tempérant. Il dit ça comme il dirait M*** ou P***, parce qu’il est énervé et pas dans l’intention d’injurier quelqu’un. Mais il ne peut s’empêcher d’ajouter qu’il a été vigoureusement tenu par le bras par un gendarme et que «on ne fait pas ça». La réaction du président Égron-Reverseau est immédiate : «Ne commencez pas! Un policier a le droit de vous toucher et même de vous mettre à terre. La personne contrôlée a juste le droit de se taire!». Compte tenu de son passif – il a été jugé à plusieurs reprises et en son absence, notamment pour vol avec violence et conduite sans permis sous l’emprise d’un état alcoolique – ce chauffeur a été condamné à six mois de prison ferme, aménageables, et 800 euros d’amende. S’il paye cette amende dans un délai d’un mois, il bénéficiera d’une remise de 20%.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.