Temps de lecture estimé : 3 minutes
Lors de son intervention prononcée en ouverture du Conseil territorial jeudi dernier, la présidente a tenu à revenir sur son implication en matière de sécurité.

 Aline Hanson a évoqué l’incident qui a conduit un gendarme à l’hôpital, le 7 décembre dernier, parce qu’un jeune de 17 ans lui a foncé dessus avec son scooter devant un établissement scolaire. « Cela aurait pu être bien plus grave » a martelé la présidente, qui est également revenue sur le vol à main armée spectaculaire commis dans une bijouterie de Marigot vendredi dernier. « Mais où sommes-nous ? La population et les commerçants sont légitimement choqués par ces actes. On ne peut pas accepter ces faits graves et intolérables. Ça ne doit pas être une fatalité ».
« Nous devons agir pour garantir plus de sécurité » a t-elle poursuivi, rappelant les récents dispositifs qui doivent permettre d’enrayer cette insécurité chronique, dont la convention de partenariat entre la police territoriale et la gendarmerie et les patrouilles conjointes. Aline Hanson a également annoncé que l’année prochaine la Collectivité recruterait une dizaine de policiers supplémentaires. « Quand je parle de police, je parle de dissuasion et de répression, mais la sécurité cela commence par la prévention, avec des dispositifs comme le CLSPD qui a défini une stratégie de lutte contre la délinquance. Parmi ses objectifs j’en retiens un qui me tiens particulièrement à cœur il s’agit de la parentalité ». La présidente s’est donc adressées aux pères et aux mères : « you have the great responsibility to educate your children and to provide them with the keys to become non-violent and responsible adults, honorable members of society ».

Une stratégie territoriale de sécurité
 
Le 15 décembre à l’occasion de la séance plénière du Contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), la COM, l’Etat et le parquet de Basse-Terre signaient la première stratégie territoriale de sécurité et de lutte contre la délinquance. Elle se déclinera en 27 actions concrètes sur le terrain et sera appliquée sur une durée de trois ans, de 2016 à 2018. « La Collectivité va poursuivre sa politique de prévention de la délinquance avec la mise en place, dès 2016, de nouveaux groupes de travail, qui seront en réalité des cellules de veille dans les quartiers, chargées d’être au plus proche de la population et d’apporter des réponses plus efficaces » indiquait la vice-présidente Ramona Connor. La préfète Anne Laubies a elle rappelé que « le rôle du CLSPD était de s’inscrire dans une politique générale de prévention Etat-COM, en s’appuyant sur le partenariat des associations qui sont un relais précieux sur le terrain ». Le vice-procureur Ohayon a pour sa part salué « un travail de grande qualité, la justice ayant désormais la possibilité de s’appuyer sur ces fiches action ».
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.