Temps de lecture estimé : 4 minutes
Jeudi dernier, veille de Noël, la gendarmerie a été avertie qu’un individu armé souhaitait mettre un terme à sa vie.

Dans la matinée, l’homme a envoyé à un de ses amis un message faisant état de ses intentions. Cet ami, qui a eu un contact visuel succin avec le suicidaire, a naturellement prévenu les hommes en bleu. Aussitôt, de nombreux militaires, dont deux négociateurs récemment formés, des policiers territoriaux et des sapeurs-pompiers ont été dépêchés à Oyster Pond pour sécuriser les lieux et tenter d’établir un contact avec l’homme. Une tentative infructueuse puisque l’individu n’a jamais répondu aux appels. Sur place, le capitaine Maignan n’était d’ailleurs pas très optimiste quant au sort du suicidaire. « Soit il est déjà mort, soit il dort, soit il refuse d’entrer en contact. Mais il est plus probable qu’il soit mort ou en train de dormir. » Finalement, la première hypothèse s’est révélée être la bonne. Quand les gendarmes sont intervenus, l’homme avait déjà mis fin à ses jours.

Découverte d’un bébé abandonné : la gendarmerie lance un appel à témoins
 
Samedi dans la matinée, un nouveau né a été découvert abandonné entre le Galion et la Baie Orientale. La petite fille de type hispanique est en vie et a été prise en charge par des équipes médicales. Des premiers éléments, il apparaît qu’elle est née dans la nuit du 25 au 26 décembre. La Gendarmerie nationale passe un appel à témoins urgent : « Nous recherchons une femme qui aurait accouché en dehors d’un centre hospitalier. Il est fort probable que même sa famille proche n’est pas informée de sa grossesse. L’état de santé de cette femme doit être en train de se dégrader rapidement. Aussi, nous encourageons toute personne ayant des informations à nous les communiquer le plus vite possible en composant le ‘17’. »
Aux dernières nouvelles, l’enfant, découvert non loin du Club Orient par un couple de touristes, se porte bien. La mère du bébé, âgée vraisemblablement entre 20 et 30 ans, serait hispanique ou métisse. Il n’est pas à exclure qu’elle soit originaire de la partie hollandaise de l’île.

De la visite pour Noël
 
La police de la partie hollandaise enquête actuellement sur un cambriolage qui aurait été perpétré le jour de Noël dans un supermarché situé à Bush Road. Selon les premiers éléments, les bandits se seraient frayés un chemin en passant par le toit. Une méthode qui n’est pas sans rappeler le mode opératoire d’un certain homme au manteau rouge et à la barbe blanche. Une fois à l’intérieur de l’établissement, plutôt que de déposer des cadeaux, les casseurs de Noël ont préféré désactiver l’alarme et emporter une somme d’argent (non communiquée), ainsi que des bouteilles d’alcool et des téléphones cellulaires.

Ultime plongée
 
Jeudi dernier en fin de matinée, la police de Sint Maarten s’est rendue à la Bobby’s Marina où ils ont découvert le corps sans vie d’une touriste américaine d’une soixantaine d’années. Sur place, les enquêteurs ont appris que la femme revenait d’une plongée lorsqu’elle s’est soudainement arrêtée de nager. Elle n’avait pourtant montré aucune difficulté sous l’eau. Un médecin a déclaré que la mort de cette plongeuse pourrait avoir été provoquée par un accident cardiaque.

Deux braquages avant les fêtes
 
Mercredi dernier en début d’après-midi, un bureau de change de Philipsburg a été braqué par trois individus, dont un était en possession d’une arme à feu. Sous la menace de l’arme, ils se sont faits remettre de l’argent liquide et ont également dérobé les sacs de deux clientes présentes au moment des faits. Après leur méfait, les voleurs ont pris la fuite.  Ils n’ont pour l’heure pas encore été retrouvés.
La veille, mardi 22 décembre, sur les coups de huit heures du soir, un supermarché de Pointe-Blanche a également été la victime d’un vol à main armée. Un homme est entré et s’est fait remettre le contenu de la caisse. Une fois encore, le braqueur s’en est allé. Aucune arrestation n’a été faite. La police de Sint Maarten en appelle à la population pour obtenir de nouveaux indices concernant ces deux affaires.

Piéton renversé à Saint-Barthélemy : l’hypothèse du malaise privilégiée
 
Dimanche dans le centre-ville de Gustavia, un piéton d’une soixantaine d’années a été renversé par un automobiliste. Le conducteur du véhicule, qui n’était pas sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants, a déclaré ne pas avoir vu l’homme. Il se pourrait que le piéton ait fait une chute ou bien ait été victime d’un malaise sur la chaussée.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.