Temps de lecture estimé : 5 minutes
Dans son édition datée du mardi 5 janvier, le Daily Herald a publié un article intitulé « Police detain gendarmes after brawl in beach bar ».

Cet article se faisait l’écho d’une rixe survenue lundi soir au Sunset Beach Bar, à Maho, et dans laquelle trois individus, qui se seraient identifiés comme étant des gendarmes, étaient impliqués. A travers un communiqué, la Préfecture avait rapidement tenu à préciser que, « en aucune façon, des militaires de la gendarmerie nationale n’ont été impliqués dans cet incident. » Une déclaration officielle aux antipodes du fait divers dépeint dans les colonnes du quotidien de la partie hollandaise. En effet, le Daily Herald faisait notamment état d’une bagarre entre gendarmes de Saint-Martin et policiers de Sint Maarten, avant de conclure que l’un des trois hommes arrêtés pour agression était un « high ranking official ». Comprenez : « un gradé » !
Le lendemain, dans son édition du mercredi 6 janvier, le Daily Herald est revenu sur cette fameuse rixe au Sunset Bar, mais avec davantage de précision. On pouvait notamment y lire une intervention du chef d’escadron Sébastien Manzoni. Le commandant de gendarmerie a affirmé qu’il s’agissait de quatre « touristes français en état d’ivresse » et que ceux-ci, contrairement à ce qu’ils auraient pu déclarer, ne sont et n’ont jamais été « gendarmes en activité ou à la retraite ». « Ce sont de jeunes hommes. L’un d’eux pourrait avoir servi dans l’armée. Je pense qu’ils étaient seulement en train de plaisanter. » Sébastien Manzoni a également rejeté en bloc toutes les rumeurs de bagarre entre militaires du côté français et policiers de la partie hollandaise, ainsi que d’arrivée de renforts de gendarmerie. Interrogé sur d’éventuelles poursuites judiciaires, s’il venait à être prouvé que les quatre individus ont usurpé la qualité de gendarme, le commandant s’est montré sceptique.
 
RETOUR SUR LES FAITS
 
Mais que s’est-il passé lundi soir au Sunset Bar ? Selon des témoins de la scène, les quatre français étaient d’humeur badine. Dansant même en l’absence de musique, interprétant la Marseillaise et projetant des pailles dans les airs, les tricolores assuraient l’ambiance dans l’établissement de plage… d’après eux. Si le personnel du Sunset a préféré ignorer les agissements des quatre clients éméchés, l’agent de sécurité, lui, a sommé la petite bande d’amis de se calmer. Autrement, il faudrait qu’ils s’en aillent. Mais les joyeux drilles ont fait fi de l’avertissement et préféré continuer à lancer des pailles. L’agent est alors intervenu une seconde fois et a saisi un des Français. Ce dernier s’est débattu et a repoussé le garde. A ce moment, le personnel du bar a prié l’agent de sécurité de laisser les clients. Le vigile a informé son QG de l’incident et une patrouille de police a été dépêchée sur les lieux.
 
LÀ OÙ TOUT DÉGÉNÈRE
 
A leur arrivée, il semblerait que les policiers de Sint Maarten, sans poser la moindre question, aient interpellé un des Français, mais pas celui qui avait eu maille à partir avec l’agent de sécurité. Un des touristes a alors demandé aux officiers de ne pas maintenir son ami aussi fermement, puis la situation a dégénéré et les vacanciers ont commencé à se battre avec les forces de l’ordre à l’extérieur du bar. Réalisant que les policiers avaient appelé des renforts, les quatre hommes en pris la fuite. Deux d’entre eux ont finalement été appréhendés et placés en garde à vue. Le vigile, lui, a porté plainte pour agression. Quant aux relations entre la gendarmerie de Saint-Martin et la police de Sint Maarten, elles sont cordiales.

Un blessé grave dans un choc frontal
 
Mercredi en début d’après-midi, les secours ont été appelés pour un accident survenu sur la RN7 entre l’entrée du Galion et celle de Spring. Il semble qu’un véhicule, qui roulait peut-être trop vite, se soit déporté sur la voie de gauche dans un virage et ait embouti un autre véhicule qui approchait en sens inverse. Suite à ce choc frontal, les deux voitures ont fait des tonneaux, percutant au passage un troisième véhicule. Trois personnes ont été évacuées vers le centre hospitalier LCF, une d’entre elles est gravement blessée. Le pronostic vital n’est cependant pas engagé.

Braquage à Sint Peters
 
La Special Robbery Unit de la police de Sint Maarten se penche actuellement sur le braquage d’un supermarché situé sur St. Peters road. Mardi, il était environ 19h20 lorsqu’un homme armé d’un pistolet est entré dans l’établissement et a empoigné la caissière par son chemisier. La menaçant avec son arme, le braqueur a obligé l’employée à ouvrir le tiroir-caisse. L’homme s’est servi, puis il a pris la tangente. Le préjudice est inconnu.

On prend les mêmes et on recommence ?
Peu avant Noël, le magasin Dollar Store situé sur L.B. Scott road avait été braqué par trois individus, qui s’étaient ensuite évanouis dans la nature. Lundi, vers 16h45, moins de deux semaines après les faits, le commerce a une nouvelle fois été braqué. Là encore, il s’agit d’un trio de braqueurs. Visages dissimulés sous des capuches, les bandits ont fait irruption et menacé les personnes présentes avec une arme à feu et un couteau. Les suspects se sont servis et n’ont rien laissé dans la caisse, puis Ils ont quitté les lieux à bord d’un petit véhicule blanc. La police de Sint Maarten n’a pas précisé le montant du préjudice.

Bébé tué par un chien : le père porte plainte

Dans notre édition de mardi, nous vous rapportions cette terrible nouvelle : dimanche dernier, à Oyster Pond, un chien tuait un bébé de sept mois. L’information ne nous était pas parvenue avant de mettre sous presse, mais lundi, le père du petit garçon a officiellement porté plainte pour négligence contre les grands-parents, propriétaires du chien, qui gardaient l’enfant à leur domicile au moment du drame. Par ailleurs, l’enquête se poursuit. Personne n’a été arrêté jusqu’ici. Et le corps du bébé a été remis à la famille pour son enterrement.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.