Temps de lecture estimé : 4 minutes
La presse locale était invitée mercredi matin à visiter la cité scolaire Robert Weinum, l’occasion de découvrir la réalité de la vie quotidienne dans ce nouvel établissement.

La demande de l’intersyndicale de reporter la rentrée à lundi prochain afin de laisser le champ libre aux personnes chargées de continuer l’aménagement de l’établissement ayant été rejetée, les collégiens et les lycéens ont inauguré leurs salles de classe mercredi matin. Première bonne surprise : la sonnerie. Un gong très zen, dans l’esprit de Big Ben. Deuxième bonne surprise : le réfectoire. Pardon, le restaurant scolaire. Un espace vaste et bien insonorisé, ventilé naturellement et qui a accueilli hier ses premiers convives. 500 élèves s’étaient inscrits à la cantine, faute de pouvoir déjeuner dans le quartier comme ils avaient l’habitude de le faire à Concordia.
 
IL EST PRÉVU DE SERVIR UN PETIT-DÉJEUNER
 
La cantine centrale a décidé de faire un effort pour les fidéliser, en leur proposant un choix d’entrées et de plats principaux. Il est également prévu de servir un petit-déjeuner entre 6h30 et 7h, surtout pour les élèves qui arrivent bien avant 7 heures, les bus étant obligés de commencer leur tournée dès 6 heures pour arriver à boucler tous les circuits. Mais un petit snack ouvrira bientôt juste en face de la cité scolaire… Autre bonne surprise, le fait que l’établissement a été conçu dans l’esprit du temps, avec des connections internet dans chaque salle, via la fibre optique. Les vidéoprojecteurs ne sont pas encore installés, mais ils devraient l’être dans une à deux semaines, dans toutes les classes et avec des hauts parleurs. La sécurité n’a pas été oubliée et une petite pièce est consacrée à la gestion des systèmes d’alarme anti-intrusion, anti-feu et à la climatisation, installée dans le bâtiment administratif.
 
LE GYMNASE RESTE LE PLUS GROS POINT NOIR
 
Le proviseur Frantz Gumbs, qui conduisait la visite, a amené les journalistes devant l’armoire blindée contenant des produits chimiques en salle de sciences – pointée du doigt par les syndicats d’enseignants et toujours là – et leur a montré qu’un trou avait été percé dans un mur de la pièce adjacente, afin d’installer l’extracteur d’air relié à ce meuble, qui déménagera rapidement. Le CDI est encore bien désert et attend que les ouvrages soient déballés des cartons. Quant aux gymnase, il reste le plus gros point noir. Il va falloir bien sûr boucher les trous au sol dans lesquels les jeunes pourraient se prendre les pieds, mais surtout être patients avant que les équipements – ballons, tapis de sol, poutres, etc. – dont la commande est soumise aux règles des marchés publics, finissent par arriver. Cette visite, organisée «pour sortir des polémiques et donner l’éclat qu’il mérite à cet événement historique», selon le représentant du recteur, aura plutôt atteint son but. «Il ne s’agit pas de masquer la réalité, il y a des points à améliorer, certains le seront facilement, d’autres demanderont plus de temps. C’est normal. Nulle part au monde tout est parfait le premier jour. Les demandes des enseignants sont légitimes, la Collectivité les a prises en compte et tout sera fait,» a précisé Michel Sanz.
 
 
La route, un vrai danger pour les jeunes
 
Questionné sur le danger que courent les élèves lorsqu’ils marchent le long de la route nationale, le sénateur et vice-président Guillaume Arnell a annoncé que la Collectivité allait aménager les bas-côtés de cette route, entre autres avec des barrières de protection. Mais la route est déjà étroite et il faudrait pour bien faire empiéter sur des propriétés privées. En attendant, les automobilistes auront tout intérêt à redoubler de vigilance aux heures de rentrée et de sortie scolaire.  
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.