Le secrétaire territorial des Républicains présentait jeudi dernier les vœux de sa formation politique.

Lors d’une soirée qu’il a voulu « conviviale », Daniel Gibbs avait invité ses sympathisants pour présenter les ambitions des Républicains à l’aube de cette nouvelle année et à 10 mois des primaires pour la présidentielle. « Il y a dans notre famille politique des femmes et des hommes capables de reprendre les rênes de ce pays en impliquant le volet ultramarin » a d’emblé déclaré le conseiller territorial et député des îles du Nord. « Il faut un véritable plan Marshal pour les Outre-mer » a t-il poursuivi, déplorant que ces territoires soient affectés par « une déclinaison de politiques ».
Daniel Gibbs est revenu sur 2015, « année difficile pour la France », saluant « la cohésion de toutes les formations politiques » et « les mots du chef de l’Etat » à la suite des attentats. La seule grâce accordée au gouvernement en place « incapable de donner un cap à la France » et dont il a blâmé « l’immobilisme ».
 
2016, LA RECONQUÊTE ?
A 15 mois de la prochaine présidentielle, les Républicains entament donc l’opération séduction par-delà l’Hexagone. Portant l’ambition de son parti dans les îles du Nord, Daniel Gibbs souhaite « partir à la rencontre des électeurs » pour « entamer la reconquête ». « Nous sommes la seule voie pour la France face au Front National » scandait celui qui entend convaincre l’électorat local de l’engagement de sa famille politique à l’égard des Ultramarins. Bien placé pour porter le message, puisqu’il a été nommé secrétaire général du comité des Outre-mer il y a tout juste un an, l’élu veut rappeler que « Nicolas Sarkozy a souhaité (leur) donner une place particulière ». Une place qui respecterait « leurs similitudes » et « leurs difficultés ». « La force de ces territoires c’est leurs particularités, il est temps de mener une véritable politique des Outre-mer ». Misant sur « un projet qui répondrait à (leurs) spécificités, sans perfusion financière », Daniel Gibbs regrette que « nos politiques dépendent des fonds que nous pouvons recevoir », des mannes financières qui ne répondraient pas « aux spécificités de nos territoires ».  
Daniel Gibbs n’a pas omis l’enjeu des élections territoriales de 2017 : « il faut préparer l’alternance à la tête de la Collectivité » a t-il martelé, non sans se fendre d’une belle pique à la majorité en place : « l’amateurisme nourrit les l’inquiétudes de la population ».
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.