Temps de lecture estimé : 6 minutes
Le conseiller territorial indépendant a souhaité réagir aux chiffres du chômage et continue de se positionner sur certains dossiers brûlants tels que les 50 pas géométriques.

« C’est avec stupéfaction que j’ai pris lecture, il y a de cela quelques semaines, des derniers paramètres du chômage, et ce sinistre constat m’interdit de passer sous silence une analyse de la situation dans notre territoire. Pôle Emploi confirme une hausse du chômage de +6.2% sur l’année écoulée, toutes catégories confondues. La barre symbolique des 5000 demandeurs d’emploi atteinte en septembre 2015, a été  dépassée à la fin du mois de décembre 2015, avec plus de 5215 inscrits. Depuis 5 ans, cette ascension est régulière et n’a cessé de croître pour atteindre 19% de plus par rapport à 2011. Le chômage de longue durée s’installe, avoisinant de 2011 à 2015 une hausse de plus de 30.3%.
 
Pour ce qui est des jeunes de moins de 25 ans, fin décembre 2015, 493 étaient inscrits contre 480 en décembre 2011. Nous savons tous que cette photographie serait bien plus alarmante si on y rajoutait le nombre de jeunes en décrochage scolaire. N’ayant aucune formation, ces derniers ne se présentent même pas à Pôle Emploi. Ainsi, ils viennent remplir le lot de ceux qui se marginalisent, sans envie aucune, de vouloir intégrer un système qu’ils jugent inaccessible ».
 
ECHEC SCOLAIRE ET CHÔMAGE, MÊME COMBAT
« Cette réflexion nous renvoie immédiatement vers une autre problématique qui, manifestement, accentue nos mauvais résultats du chômage. Il s’agit du fléau de l’illettrisme. Cette réalité est criminelle car trop de nos jeunes sont en échec scolaire, et j’en veux pour preuve la récente intervention de monsieur le Recteur, lors de la présentation de ses vœux pour 2016 : « L’unité pour permettre à notre école… de demeurer cet ascenseur social » ; « je formule un seul vœu pour notre jeunesse, celui de l’espoir et cette réussite dépend de nous ».  
Toute la contradiction est là. En effet, comment transformer la réalité ? Comment trouver le juste milieu entre le rêve et cette réalité qui nous désespère par son manque de réalisme, s’enfonçant tout droit vers ce qui serait un flagrant échec ? Cette absence de résultat tangible ne se cristallise pas essentiellement autour de l’île de Saint-Martin, puisque la rencontre du 4 janvier au Centre Culturel de Sandy Ground était consacrée à une réflexion sur l’illettrisme, qui touche l’ensemble de l’Académie de Guadeloupe.
A ce sujet, retenons tout de même un chiffre qui donne froid dans le dos : « 63.000 jeunes de 18 à 25 ans en difficulté à l’écrit ». Et le recteur Camille Galap de rajouter celui de « 1900 jeunes qui sont en situation de décrochage scolaire. Recensés, je pense que nous serions largement au-delà de ce chiffre ».
« Quand l’école va mal, la jeunesse va mal ! Quand l’école va mal, tout le peuple va mal ! En dehors du constat, nous souhaiterions entendre les pistes ou les solutions envisagées pour améliorer le présent. (…). Ne nous étonnons pas, ou plus, de ces incivilités et de ces violences croissantes qui gagnent nos territoires. L’échec scolaire est directement lié au phénomène du chômage. Trop souvent les niveaux d’emplois proposés sont au-dessus du niveau et de la formation de nos jeunes. Il y a donc inadéquation entre l’offre et la demande. Le décrochage scolaire est déjà signe de décrochage envers la société et ouvre inévitablement les portes de la marginalisation et de l’errance ».
 
UN SERVICE D’INCENDIE ET DE SECOURS À MARIGOT ?
« Nous avons maintes fois alerté les autorités sur la situation de notre service d’incendie et de secours. Voilà maintenant plus de trois ans que nous insistons, lors des réunions du Conseil territorial, sur la nécessité de créer une antenne de ce service à Marigot. En effet, la caserne étant située à la Savane, est certes à quelques minutes de Marigot, mais malheureusement à plus d’une demi-heure aux heures de pointe. Cela change tout. Et pourtant, notre requête demeure sans écho. Pas plus tard que samedi 30 janvier nous avons encore assisté à un spectaculaire incendie à Marigot, où une maison fut totalement rasée et une autre au moins de moitié. Force est de constater que l’éloignement de la caserne pose problème. Il faut savoir que cet incendie a commencé à 7h45 et qu’il n’a pu être éteint qu’à 10 heures. Que faudrait-il encore faire ou dire pour faire comprendre cette carence ? »
 
LES 50 PAS GÉOMÉTRIQUES ET AUTRES DOSSIERS
« Revenons aussi sur la problématique des 50 pas géométriques pour lesquels la fixation des prix du foncier n’a toujours pas été arrêtée, alors qu’il avait été dit que cette donnée allait être réglée au plus vite. Voilà bientôt un an que la commission en charge de ce problème ne s’est pas réunie et de ce fait la population est en souffrance de ce ratage administratif. Est-ce une chimère ou une stratégie politique ? En janvier dernier, le 1er vice-président a choisi de blâmer les acheteurs potentiels en leur reprochant de ne pas avoir procédé à des transactions financières, alors que ces mêmes personnes étaient simplement en attente des nouveaux prix !
 
A la Baie orientale, les loyers qui, a priori fixés à moins de 500€ par mois, sont passés, suite à la création de nouvelles structures, et sans entente préalable, à 2500€ puis à 2200€ selon les dernières sources ! Il y a manifestement un problème d’efficacité et de prise en considération des doléances de la population.
    
En ce qui concerne la santé financière de notre hôpital, il faut avouer que les derniers rapports sont alarmants. Comment combler 4.4M€ ? De 2010 à 2014, nous constatons que les charges des personnels ont progressé de +17.6%. Elles s’élevaient en 2015 à 26.8M€, représentant alors 63% des charges. L’Etablissement ne passera pas de sitôt en Etablissement « isolé » car la Certification de la structure en cours n’est pas acquise en raison de tous ces déséquilibres mentionnés. Je ne m’étalerai même pas sur les 23M€ à recouvrer suite à un adressage frauduleux des patients étrangers et non assurés ! Des créances qui remontent parfois à plus de dix ans. Quel avenir pour cette structure ? »
 
« Le plus à craindre face à ce tableau sombre est l’inaction de nos responsables politiques. Avant qu’il ne soit trop tard, réagissons ! »
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.