Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le rédacteur en chef des pages tourisme et voyage du magazine Le Figaro était de passage début février. En résulte une couverture médiatique qui pourrait séduire cette clientèle française plus timorée que les touristes Américains.
 

Il vend du rêve et redonne le sourire. Avec « Saint-Martin, la vie heureuse », Jean-Pierre Chanial signe un reportage charmant sur les vertus incomparables de notre rocher caribéen. Voilà qui nous change des reportages télévisés racoleurs sur la criminalité ou le trafic de drogue.
La plume leste et l’œil bienveillant, le rédac’ chef du Figaro voyages offre au lectorat métropolitain une appétissante mise en bouche pour qui veut passer ses vacances sous le soleil des Tropiques. « Les Français peinent effectivement à situer ce confetti sur la carte de leurs vacances » analyse le reporter, éclairé par les chiffres de l’aéroport de Juliana : 500.000 visiteurs annuels sont Américains, 70.000 sont Français. Mais il semble avoir bien compris ce que nos amis des Etats-Unis apprécient ici : « les Américains adorent ses plages, son ambiance et son incomparable French touch ». Pour démontrer qu’ils n’ont pas mauvais goût, M. Chanial propose une introduction de marque avec la Samanna : « effet waouh assurée » pour cette maison censée manifester le tourisme haut de gamme à la Saint-Martinoise.
 
UNE IDENTITÉ SINGULIÈRE
Le Figaro a surtout réussi à valoriser les spécificités de l’île et, une fois n’est pas coutume, principalement celles de la partie française. Il raconte ainsi le partage entre le Nord et le Sud « unique dans l’histoire de la diplomatie française », relève le multilinguisme et l’authenticité du village de Grand-Case, pour lequel il ose un conseil judicieux : « il faudrait d’urgence piétonniser cette allée toute de beautés ». La circulation automobile sur l’ensemble du territoire est d’ailleurs un peu pointée du doigt… mais cela ne semble pas avoir enlevé aux atouts de notre destination. Plaisirs culinaires et jolis hôtels, plages de rêve, quiétude bobo-chic de la Lotery Farm, charme créole de Marigot, puis un peu d’art avec le peintre Roland Richardson : le journaliste a manifestement apprécié son séjour sur nos terres. Du moins, a t-il été bien guidé.
 
Dans les coulisses de la vie locale, on relèvera cependant l’annonce faite dans ses colonnes par la présidente de l’Office de tourisme et conseillère territoriale, Jeanne Rogers-Vanterpool : « à l’horizon 2018, Marigot aura un quai pour paquebots de luxe et grands yachts, ainsi qu’une centaine d’anneaux supplémentaires qui accompagneront la réorganisation du centre et le développement des animations de la ville ». Ou comment vendre Saint-Martin en faisant miroiter ce fameux projet d’aménagement de la baie de Marigot qui, si l’on en croit l’édile, serait exploitable d’ici… deux ans.
 
« Saint-Martin, la vie heureuse », est à lire sur voyage.lefigaro.fr
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.