Temps de lecture estimé : 5 minutes
Le docteur David Bessey, spécialiste des troubles du sommeil et de la vigilance, se déplace désormais deux fois par mois depuis la Guadeloupe et reçoit à l’hôpital.
 
 

Nous passons un tiers de notre vie à dormir. Le sommeil, moment précieux et apaisant, peut donc perturber les fonctions vitales et la vie quotidienne lorsqu’il n’est pas réparateur : fatigue, somnolence avec risques d’accidents, baisse des performances, irritabilité, troubles de la mémoire, augmentation de la faim et appétence accrue pour des aliments riches en calories (risque de surpoids…), risques accrus de maladies du coeur, d’accidents vasculaires cérébraux, de diabète, d’hypertension artérielle… La qualité de notre sommeil est vitale et les troubles doivent être traités car ils peuvent à la longue détériorer la santé. Insomnie, hypersomnie, apnée du sommeil, impatiences dans les jambes, ronflements, terreurs nocturnes, somnambulisme…
 
Le premier réflexe est de se tourner vers son médecin généraliste qui pourra chercher les causes des troubles et indiquer des examens complémentaires. Sur prescription de votre médecin traitant, il est aussi désormais possible de consulter un spécialise en la matière, le docteur David Bessey dont le cabinet est installé en Guadeloupe. Ce neurogériatre a ouvert deux consultations mensuelles en médecine du sommeil et de la vigilance à l’hôpital de Saint-Martin : les premiers et troisièmes mercredi de chaque mois.
 
UNE PATHOLOGIE FRÉQUENTE : L’APNÉE DU SOMMEIL
Parmi les troubles les plus courants et susceptibles d’entraîner des complications : l’apnée du sommeil, qui touche toutes les tranches d’âge. Les ronflements constituent un signe évocateur, mais dans les populations à risque on trouve notamment les diabétiques. Or, cette pathologie présente une prévalence importante dans nos sociétés antillaises. L’apnée du sommeil intéresse donc tout particulièrement le docteur Bessey qui offrait mercredi dernier à l’hôtel Mercure, une conférence à destination du corps médical de Saint-Martin. Une vingtaine de participants se sont mobilisés sur ce sujet d’intérêt : généralistes, cardiologues, dentistes… « Il s’agissait de les former à reconnaître les symptômes pour améliorer le dépistage et la prise en charge » détaille M. Bessey.
 
Mais qu’est-ce que l’apnée du sommeil ? « C’est un arrêt respiratoire de plus de 10 secondes avec reprise ventilatoire » explique le médecin. « La langue tombe en arrière et obstrue les voies respiratoires ce qui provoque le ronflement ».
 
DES SIGNES ÉVOCATEURS
 
La personne ne se rend par compte qu’elle fait des apnées du sommeil et c’est souvent le conjoint ou le personnel hospitalier qui peut constater les signes : un ronflement bruyant, des suffocations nocturnes, des changements répétés de position, des levers fréquents pour uriner (nycturie). Il existe également des indicateurs diurnes susceptibles d’alerter : migraine et asthénie au réveil, somnolence pendant la journée, trous de mémoire, irritabilité… « Le cerveau, qui a besoin d’oxygène, est une machine qui ne dort jamais » rappelle le docteur Bessey. Lorsque les différents cycles du sommeil sont perturbés les symptômes apparaissent. « L’apnée du sommeil est une pathologie très fréquente mais il n’y a encore que peu d’études » ajoute le médecin, qui outre la perte de bien-être au quotidien, présente certaines complications liées à cette pathologie : « maladies cardiaques, diabète, hypertension, AVC… ». Le diagnostic de l’apnée du sommeil est donc confirmé par un enregistrement nocturne : une polysomnographie et une polygraphie. « Une seule nuit suffit » ajoute le spécialiste.
 
Il existe plusieurs stades d’apnée et les cas les plus sévères peuvent s’élever à 30 par heure. Plusieurs traitements existent. Soit on peut traiter la cause (problème cardiaque, neurologique, endocrinien…) et en cas d’apnée sévère, prescrire de dormir avec une machine « à pression positive continue » (sorte de masque) ou une orthèse mandibulaire réalisée à partir de l’empreinte des dents.
 
Les consultations du Docteur Bessey se font sur rendez-vous au 0590 26 27 55.
 
 
Le saviez-vous ?
 
Vous pensez souffrir d’un trouble du sommeil, mais êtes-vous certain de mettre toutes les chances de votre côté pour bien dormir ? Il existe en effet quelques règles à respecter qui peuvent améliorer considérablement vos douces nuits.  
> Avoir des horaires réguliers et se lever tous les jours à la même heure
> Bien réveiller son corps le matin avec de longs étirements et un petit-déjeuner complet
> Faire du sport, mais éviter les exercices physiques en soirée
> S’octroyer une petite sieste de 20 minutes en milieu de journée, véritable coupure antistress.
> Exit les excitants après 15 heures. Café, thé, coca, vitamine C retardent l’endormissement. La cigarette rend le sommeil plus léger, l’alcool peut aggraver apnée du sommeil et ronflements.
> Les somnifères sont à prendre sur avis médical uniquement.
> Dîner léger et au moins 2 heures avant d’aller dormir.
> Créer un espace propre à une bonne nuit : noir total, température autour de 20 degrés, literie propre, pas d’écran en veille. Eteindre son wi-fi dans toute la maison. Eloigner les appareils électriques de la tête du lit.
> Aller se coucher dès que le marchand de sable est passé : bâillements, yeux qui clignent… L’envie de dormir passe au bout de 15 minutes et si nous n’écoutez pas votre corps, il faudra attendre le prochain train quelque 90 minutes plus tard.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.