Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le premier mois de l’année 2016 fait baisser le contingent de demandeurs d’emploi en catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité en janvier. Mais pour le service statistique du ministère du Travail ces chiffres sont à considérer avec prudence.
 
 

En janvier Saint-Martin suit la tendance nationale. La France comptait 3.552.600 demandeurs d’emploi (catégorie A) le mois dernier, soit une baisse de 0,8% selon les chiffres publiés mercredi dernier. Sur notre territoire le nombre de ces demandeurs d’emploi se tasse aussi, se situant à 4264 selon la Dieccte Guadeloupe. Ce qui représente une baisse de -0,7% entre décembre et janvier, et de -0,9% sur trois mois.
Mais la DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) met en garde contre toute interprétation abusive : « en janvier 2016, le nombre de sorties de catégories A, B et C pour cessation d’inscription pour défaut d’actualisation a enregistré un rebond inhabituellement fort, après la baisse observée en décembre, ce qui affecte à la baisse le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B et C en janvier ». Pour l’interprétation des chiffres du chômage, il conviendrait donc « de privilégier les évolutions en tendance plutôt qu’au mois le mois ».
HAUSSE SUR UN AN

A Saint-Martin, malgré la tendance baissière de ces trois derniers mois, probablement à la faveur de la haute saison touristique, les demandeurs d’emploi comptabilisés le mois dernier restent plus nombreux qu’en janvier 2015 (+0,9%). En considérant les inscrits qui ont exercé une activité dans le mois (catégories B et C), Pôle emploi comptabilise 4757 ressortissants en janvier 2016, soit une baisse de -1% depuis décembre, mais une hausse de + 2,1% sur un an. Toutes catégories confondues (A, B, C, D, E) la maison de l’emploi compte à Saint-Martin 5098 inscrits à fin du mois dernier. C’est moins qu’en décembre 2015 (5183) mais bien plus qu’en janvier 2015 (4857).
Au-delà des petites variations saisonnières, le nombre de chômeurs, qu’ils soient tenus ou pas de rechercher un emploi, ce cesse donc de poursuivre une courbe ascendante.
 
LE CHÔMAGE DES JEUNES SE CONTIENT
Depuis deux ans, le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans sans aucune activité affiche une tendance générale à la baisse. Ils sont 440 inscrits en janvier 2016 contre 479 en décembre 2015 et 469 en janvier 2015, ce qui représente une baisse de – 9,7% sur trois mois et – 6,2% sur l’année. Et contrairement aux autres classes d’âges, la tendance sur le chômage des femmes s’est inversée : elles étaient 51 de plus que les hommes en janvier 2015, mais sont 20 de moins le mois dernier. En revanche, le chômage féminin reste toujours plus important chez les 25-49 ans (1564 femmes contre 955 hommes en janvier dernier), ainsi que chez les seniors (755 contre 550).
 
A noter que sur notre territoire le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité et âgés de plus de 50 ans poursuit une courbe inexorablement ascendante depuis 10 ans. C’est la tranche d’âge la plus vulnérable, qui accuse une hausse de 7,6% rien que depuis un an.
 
CHÔMAGE LONGUE DURÉE EN HAUSSE
Les demandeurs d’emploi tenus de faire des recherches actives (catégories A, B, C) et inscrits depuis plus d’un an sont en hausse constante : + 1,1% entre décembre et janvier derniers, + 2,2% sur trois mois et + 4,9% sur l’année. Surtout, leur proportion continue d’augmenter : ils représentaient 41,9% des demandeurs d’emploi (A, B, C) inscrits en janvier 2016, contre 41,1% en décembre et 40,8 en janvier 2015.
 
 
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.