Temps de lecture estimé : 2 minutes
Hier jeudi, lors de l’audience publique du tribunal administratif de Saint-Martin, une femme a demandé la condamnation de la Collectivité de Saint-Martin à lui verser 31.500 euros au titre du préjudice subi.
 
 

Rappel des faits : alors qu’elle se rendait dans les locaux d’un service de la Collectivité, la plaignante a emprunté à pied une voie d’accès réservée aux véhicules. Alors qu’elle franchissait l’entrée du bâtiment, la barrière automatique s’est (automatiquement) refermée sur elle. Outre la Collectivité, des agents de la COM étaient aussi mis en cause pour ne pas avoir porté assistance à la victime de cette « barrière imprévisible », ni même témoigné un peu de considération. A l’issue de l’audience, le rapporteur public a rejeté la demande de la plaignante, considérant que la Collectivité de Saint-Martin avait fourni la preuve de l’entretien normal de la barrière. La signalétique suffisante ne permet pas non plus de retenir la responsabilité de la COM, toujours pour défaut d’entretien normal de la barrière. Quant aux agents territoriaux, les faits qui leur sont reprochés ont été considérés postérieurs et donc sans lien avec l’incident de la barrière. La proposition du rapporteur public sera désormais étudiée lors du délibéré, dont la date est prévue courant mars.
 
 

 
SINT MAARTEN
Femme battue, la police recherche deux témoins
La police de Sint Maarten enquête actuellement sur le cas de maltraitance d’une femme. Les faits remontent à dimanche dernier, vers 8 heures du matin, et se sont produits à Cole Bay. Selon les dires de la victime, elle s’est séparée de son ex-compagnon depuis deux mois. Un choix que l’amant éconduit a visiblement du mal à accepter et qu’il l’aurait incité à la brutaliser très violemment. La victime a été conduite à l’hôpital et souffrirait notamment de sérieuses hémorragies internes. Durant ce passage à tabac, deux inconnus qui circulaient à bord d’un véhicule privé et voyant ce qui se déroulait se sont arrêtés pour porter secours à la victime. Les deux hommes ont séparé la femme de son agresseur qui a alors déserté les lieux au volant de sa voiture. Traumatisée par la violence des coups reçus, la victime est incapable de décrire ses sauveurs. La police de SInt Maarten invite fortement les deux samaritains à prendre contact rapidement avec ses services afin que l’affaire puisse être résolue.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.