Temps de lecture estimé : 2 minutes
Quarante ans après la loi Veil, certaines difficultés persistent. Toutefois, la prise en charge de l’acte lui-même est déjà en vigueur depuis 2013.
 
 

Mi-janvier, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé que tous les actes entourant l’IVG (consultations, analyses, échographies…) seront intégralement pris en charge à partir du 1er avril prochain. Lors de cette annonce, la ministre a également dressé un premier bilan du programme national d’action pour l’accès à l’IVG, lancé voici un an et « dont la majorité des mesures ont déjà été prises », a-t-elle assuré. Le projet de loi de modernisation du système de santé, voté en décembre dernier, comprend aussi plusieurs mesures destinées à améliorer l’accès à l’IVG. « Ces mesures seront mises en œuvre avant l’été », a précisé Marisol Touraine. Elles comprennent la suppression du délai de réflexion d’une semaine et le renforcement de l’offre de proximité. Les sages-femmes pourront également réaliser des IVG médicamenteuses et les centres de santé des IVG instrumentales.
 
Pour améliorer l’accès à l’IVG
Chaque Agence régionale de santé (ARS) devra formaliser un programme régional pour améliorer l’accès à l’IVG. Les outils d’information ont également été renforcés. Lancé le 28 septembre 2015, le numéro national d’information (08 00 08 11 11), anonyme, gratuit et accessible 6 jours sur 7, a ainsi reçu plus de 2.000 appels par mois. Dans le même temps, était organisée une campagne d’information, « IVG, mon corps, mon choix, mon droit », pour rappeler aux femmes leurs droits et renforcer la notoriété des outils d’information officiels sur l’IVG.
 
Le nombre de visites sur le site ivg.gouv.fr a doublé pendant la campagne d’information (entre 160.000 et 180.000 par mois). Un système de référencement payant a été mis en place et les mots-clés améliorés, a indiqué la ministre, afin que le site gouvernemental arrive en tête des réponses lors d’une recherche d’information sur l’IVG, avant que ne soient affichés les sites des organisations anti-IVG, très actives sur les réseaux sociaux.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.