Temps de lecture estimé : 3 minutes
Sur la terre battue de Roland-Garros mais en Guadeloupe, les Mousquetaires ont disposé 5-0 d’un Canada amputé de ses meilleurs éléments.

Vendredi, le « local de l’étape » Gaël Monfils (17e) s’est chargé de mettre la France sur de bons rails en remportant son duel face à Frank Dancevic (245e) en ouverture de ce 1er tour de Coupe Davis (6/3 6/1 6/3). Une victoire symbolique de « La Monf » en « Gwada », la terre de son père, qui restera pour ce showman des courts comme « le plus grand moment de [sa] petite carrière. » Un peu plus tard, Gilles Simon (19e) a imité Monfils, non pas en se laissant pousser des dreadlocks, mais en dominant en trois sets son adversaire le 44e mondial Vasek Pospisil (7/5 6/3 6/3).
Avec ces deux points en deux matchs, les Bleus avaient donc la possibilité de se qualifier dès le samedi, jour de la traditionnelle rencontre en double. Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga, opposés à Philip Bester et Vasek Pospisil, ne s’en sont pas privés (7/6[4] 6/1 7/6[4]). Une mention spéciale pour le « Pitbull de Sérignan » qui a été impérial. Le « Tsongix », lui, a eu un peu plus de mal en retour de revers et à la volée. Ses puissantes premières balles ont cependant fait la différence lorsqu’il a été question de conclure chacune des trois manches.
 
« Un moment important »
A la sortie de ce double victorieux, le capitaine des Mousquetaires Yannick Noah n’a pas caché sa joie et est revenu sur le choix de l’Ile aux belles eaux pour accueillir la Coupe Davis. « On a proposé et on s’est battus pour être ici. Quand vous voyez cette ferveur populaire, on est heureux. Ca restera un moment important dans nos vies de joueurs. Je parle pour Gaël [Monfils], mais aussi pour nous tous. Ce n’est qu’une étape de franchie mais avec la manière. Le bilan est positif. Les gars n’ont jamais lâché. C’était très important de rentrer dans la compétition avec cet état d’esprit. »
 
Une journée sans enjeu
Dimanche, lors d’une rencontre sans enjeu disputée au format deux sets gagnants, Richard Gasquet (10e) a offert un quatrième point à la France grâce sa victoire sur le Canadien Philip Bester, 274e mondial (6-1, 7-6[4]). Quant à l’ultime rencontre du week-end, elle a opposé Jo-Wilfried Tsonga (9e) à Frank Dancevic (245e). Si le Canadien a tout de même remporté la première manche au tie-break (7-6[7]), il a était contraint à l’abandon dans la foulée, visiblement blessé à l’épaule droite. Score final : 5 victoires à 0 pour la France. Une très belle performance des Bleus, qui aura cependant été facilité par les absences de l’autre côté du filet du numéro 1 canadien Milos Raonic et du meilleur joueur en double Daniel Nestor.  
 
Ambiance « Kassav »
Pour son « come back again » aux commandes de l’équipe de France de la Coupe Davis, le capitaine Yannick Noah « rêvai[t] d’une belle fête »… Il l’a eue ! Au vélodrome Amédée-Détraux de Baie-Mahault, dans une ambiance résolument plus « Kassav » que « Saga Africa », Noah et sa bande ne pouvaient pas mieux commencer leur aventure en Coupe Davis. Le choix de la Guadeloupe et de la surface ocre, malgré le coût élevé du projet et les réticences de certains, s’est donc finalement avéré sportivement payant. En quarts de finale, les Bleus poursuivront leur tournée en allant défier chez elle la République tchèque de Tomas Berdych. Feront-ils zouker la Bohême ? Réponse du 15 au 17 juillet.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.