Pour la 3ème année consécutive, l’école maternelle Jérôme Beaupère et la CTOS ont organisé une opération de sensibilisation alimentaire.
 
 

Pour la directrice de la Caisse territoriale des œuvres scolaires (CTOS) de Saint-Martin, Elizabeth Tabari, « le bien-manger devrait s’apprendre à l’école. » En ce sens, lundi matin, tous les enfants de l’école Jérôme Beaupère se sont vus servir un « petit déjeuner idéal ». Du pain, du beurre, de la confiture, des fruits, des céréales, des produits laitiers, et même un petit jus de fruits attendaient donc les enfants sur les tables du réfectoire pour y être dégustés.
Au-delà des jeunes écoliers, ce repas dit « le plus important de la journée » est surtout l’opportunité de sensibiliser les parents sur les bons comportements alimentaires à adopter pour leur santé et celle de leur progéniture. « Cette opération est renouvelée chaque année depuis trois ans à la demande de la direction de l’école », précise Elizabeth Tabari. On en profite pour faire un cours aux parents sur l’équilibre alimentaire. » La directrice de la CTOS a également saisi l’occasion de rappeler que « l’obésité n’est pas génétique » et qu’il est important de « mettre en place une activité physique. »
 
PLUS DE LÉGUMES
Si les plus jeunes ont évidemment été ravis de savourer ce délicieux petit déjeuner, les parents, quoique peu nombreux, ont aussi apprécié de rencontrer deux diététiciennes, l’une de l’hôpital LCF et l’autre libérale. Sadie et Indira, mamans de fillettes scolarisées en petite et en moyenne sections, reconnaissent avoir appris beaucoup de choses. Notamment à « mieux nourrir » leurs enfants, à équilibrer les aliments et leur quantité, ainsi que les « bonnes heures » des repas. « C’était très intéressant, avoue Indira. C’est important que les parents sachent comment bien nourrir leurs enfants et eux-mêmes. » Pour sa part, Sadie est contente que l’école interdise certains aliments dans les sacs des enfants. « Quand ma fille va à l’école, je lui donne de l’eau et des fruits ou une compote. Et à la maison je continue de faire en sorte qu’elle mange mieux. » C’est-à-dire : plus de légumes et moins de féculents et de viande.
 
 
L’importance du petit déjeuner
et du goûter de l’après-midi
 
On ne le répètera jamais assez : le petit-déjeuner est indispensable ! Premier repas de la journée, le petit-déjeuner permet de bien démarrer la journée en faisant le plein d’énergie jusqu’au déjeuner. On doit y retrouver en quantité raisonnable des produits céréaliers (pain avec une fine couche de beurre ou de confiture, biscottes ou céréales peu sucrées) , du lait ou un produit laitier demi-écrémé, ainsi qu’un fruit (frais ou compote) ou un jus de fruits (si possible pressé). Quant au goûter, il doit être pris l’après-midi, après l’école, afin d’éviter le grignotage jusqu’au dîner. Ce seul goûter doit être pris au moins deux heures avant le repas du soir. Par contre, l’enfant peut boire de l’eau à volonté au cours de la journée. Idéalement, selon ses besoins et ses activités, il peut être proposé à l’enfant de choisir 1 ou 2 aliments entre des fruits, des produits laitiers et des produits céréaliers.
 
 
La collation du matin : une hérésie ?

Le goûter du matin, ou collation matinale, correspond à toute prise d’aliments ou de boissons (autre que l’eau) pendant la matinée. Les experts de l’Agence française de sécurité alimentaire estiment que « la collation du matin à l’école, de par sa composition, son horaire, son caractère systématique et indifférencié, n’est pas justifiée et ne constitue pas une réponse adaptée à l’absence de petit-déjeuner. » Bien au contraire, elle déstructure le rythme alimentaire et lui donne l’habitude de manger même quand il n’a pas faim. Chaque jour, seules 4 prises alimentaires (petit-déjeuner, déjeuner, goûter de l’après-midi et dîner) et de l’eau à volonté sont nécessaires pour l’enfant.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.