Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le SE-UNSA Guadeloupe dénonce les actes de violence et d’incivilité à l’encontre d’un enseignant au collège Mont des Accords de Saint-Martin.

Dans un communiqué, le syndicat d’enseignants a déclaré que « suite aux agressions physiques et verbales portant atteinte à la personne d’un des enseignants du collège Mont des Accords de Saint-Martin, le SE-UNSA Guadeloupe apporte tout son soutien au collègue concerné et condamne vigoureusement cet acte de violence et d’incivilité, survenu sur son lieu d’exercice, dans l’enceinte du collège.
Le SE-UNSA Guadeloupe fait appel à l’autorité du Recteur d’Académie de la Guadeloupe et demande la protection juridique de l’enseignant victime, conformément à l’article 11 de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983, afin qu’il puisse rapidement exercer son métier en toute sérénité et sécurité. »
 
Compte tenu de la gravité des faits, le SE-UNSA Guadeloupe s’engage aux côtés des collègues du Collège Mont des Accords de Saint-Martin et exige que des dispositions soient prises à commencer par la convocation de l’élève «agresseur» par l’autorité académique et par la Gendarmerie, afin qu’il puisse répondre de ses actes. Dans son communiqué, le syndicat dénonce également des « actes de violences » et « autres disfonctionnements » qui perdurent depuis septembre dernier.
« Le SE-UNSA Guadeloupe invite d’ores et déjà l’ensemble de la communauté scolaire de Saint-Martin et de l’Académie de Guadeloupe à se mobiliser pour dénoncer ces actes de violence et d’incivilité inadmissibles, mais de plus en plus récurrents en milieu scolaire. »
 
Le spectre d’une grève au retour des vacances de Pâques plane mais n’est pas encore confirmée.
 
LE PROFESSEUR N’A PAS «ÉTÉ AGRESSÉ»
Jeudi dernier, veille des vacances scolaires, une bagarre entre élèves du collège Mont des Accords, dans laquelle un professeur serait impliqué, a agité l’établissement scolaire. Instantanément, les enseignants ont exercé leur droit de retrait et les portes du collège sont restées fermées pendant tout l’après-midi. Une cellule d’écoute psychologique a également été ouverte le lendemain de la rixe. Michel Sanz, représentant du recteur dans les Iles du Nord, s’est entretenu avec le professeur concerné le jour même de l’incident. Ce dernier lui a assuré être intervenu pour « séparer les deux élèves » et « ne pas avoir été agressé. »
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.