Temps de lecture estimé : 4 minutes
La 4ème édition du Grand Prix Nagico 2 Nagico restera marquée par le règne quasi sans partage du VCG. Retour en images sur 3 jours de compétition.

Il faut dire qu’avec deux équipes, VCG A et VCG B, le club organisateur était comme à son habitude largement représenté dans la course. Cela ne lui garantissait pas la victoire pour autant. Mais comme lors des trois précédentes éditions, le Vélo Club de Grand-Case est sorti vainqueur. Après Nicolas Dumont en 2013 et 2015, Jayson Rousseau en 2014, Ever Rivera inscrit donc son nom au palmarès du Nagico 2 Nagico. En réussissant à conserver la tunique blanche et verte au terme de la dernière étape, le coureur colombien, récente recrue du VCG, a ainsi concrétisé la domination de son club qui avait débuté dès le vendredi soir avec l’épreuve du prologue.
Le prologue
Avec comme décor le Causeway Bridge illuminé qui enjambe le lagon, ce prologue de 2 kilomètres est un rendez-vous unique en son genre auquel Dean Hodge (VCG A) a su fièrement répondre présent. Face à certains cadors du peloton guadeloupéen, le Saint-Martinois a fait parler sa puissance pendant 2 minutes, 43 minutes et 4 centièmes. Le chrono parfait pour remporter l’exercice au nez et à la barbe de Luis Sablon (VCS/EXCE), arrivé 2 centièmes de seconde plus tard, et se présenter le lendemain matin paré du maillot de leader au départ à Grand-Case, le fief du VCG.
 
LA 1ÈRE ÉTAPE
 
L’étape du samedi était divisée en deux tronçons : une course en ligne de 87km et un contre-la-montre de 7,5km. Le matin, le Guadeloupéen Daniel Junon de l’entente PDL/ASM a été le plus costaud et s’est imposé au sprint devant le Saint-Martinois du Gwada Bikers Jean-Marie Poyo, le Colombien Ever Rivera (VCG) et un autre cycliste de l’Ile aux belles eaux Olivier Curier (VCS/EXCE). Le Colombien, alors leader provisoire de la course avec 3 et 9 secondes d’avance au général sur Curier et Poyo, s’est adjugé le CLM entre Quartier d’Orléans et le sommet du Morne O’Reilly en 10’11’’12.
 
LA 2ÈME ÉTAPE
 
Comme souvent à Saint-Martin ou ailleurs, le provisoire est devenu du définitif. La longue étape du dimanche (110km), entre les agences des assurances Nagico de Philipsburg et de Marigot, n’a rien changé à l’ordre établi la veille en haut du classement. Le spectacle sur les routes n’a pas été absent pour autant, en particulier dans les bosses à Agrément, à Rambaud et à la Savane, ainsi qu’à l’arrivée rue de la République, où le public était regroupé pour applaudir les coureurs.
Sur cet ultime parcours du Nagico 2 Nagico, une quinzaine d’hommes se sont rapidement retrouvés aux avant-postes. Parmi eux, on pouvait reconnaître des Sablon (VCS/EXCE), des Laviolette (PDL/ASM), des Poyo (GB118), des Turpin (VCG A) ou encore les frères Errin (VCG A et USL/USCG). Dans les derniers kilomètres, au niveau de l’aéroport Juliana, Loïc Laviolette s’est décidé à porter une attaque. Il a aussitôt été rejoint par le porteur du maillot à pois Grégory Errin (VCG A). Ensemble, les deux garçons filent vers le Causeway Bridge mais Errin, victime d’un problème de dérailleur et d’une chute, est contraint de laisser le sociétaire de la PDL/ASM filer vers la victoire d’étape. Intercalé entre Laviolette et le groupe du maillot blanc et vert, Teddy Taranne (PDL/ASM) s’est offert la seconde place. La troisième place a été disputée au sprint et remportée par William Bondot du VCS/EXCE.
 
LES MAILLOTS
 
Du côté des maillots distinctifs, outre celui blanc et vert de leader qui est resté sur les épaules d’Ever Rivera (VCG A), son équipier Grégory Errin a également conservé sa tunique à pois de meilleur grimpeur malgré sa chute. Quand au maillot pourpre de meilleur jeune (moins de 23 ans), il a été remis Jordy Pruneau de l’USL/USGC.
 
UN ALBAN DES GRANDS JOURS
 
A moins d’un mètre derrière le vainqueur du sprint, un jeune garçon bien connu dans le petit monde du cyclisme local est resté au contact des coureurs de 1ère et 2ème catégories pendant toute la compétition. Son nom vous l’aurez deviné : Alban Clerc. Retenu dans l’équipe B du VCG, le junior était déçu d’avoir laissé échapper le dernier sprint du Nagico pour si peu. Une déception vite effacée par le fait d’avoir remporté toutes les étapes dans sa catégorie et le trophée final. Chez les cadets, Adelio Brooks, encore un sociétaire du VCG, s’est imposé.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.