Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le premier séminaire de Saint-Martin consacré à l’hypnose médicale se tenait le 17 mars dernier en présence de nombreux professionnels de santé. 

Une trentaine d’infirmiers, sages-femmes, médecins et autres aides-soignants ont attentivement écouté les deux hypnothérapeutes certifiées en hypnose ericksonienne qui ont animé le séminaire d’hypnose médicale co-organisé par la Maternité et le Centre Médical de la Femme et de l’Enfant : Caroline Daviet et Carole Burell. Cette rencontre a permis d’informer les professionnels sur la pratique de l’hypnose appliquée à la pratique médicale, notamment l’hypnose périnatale, et l’hypno analgésie.
 
Loin d’être une pratique nouvelle, ou un simple phénomène de mode, l’hypnose a fait son « apparition » dans les hôpitaux français dans les années 2000. Ses champs d’application sont très larges. En cabinet ou à l’hôpital, l’hypnose a trouvé une place de choix dans des spécialités aussi variées que la pédiatrie, l’obstétrique, la chirurgie ambulatoire, et la gastro-entérologie, la chirurgie dentaire, la médecine interne, et plus récemment la gériatrie et les soins palliatifs.
 
Une technique déjà implantée dans les Antilles
Aujourd’hui 13 hôpitaux parisiens sur 26 pratiquent l’hypnose médicale et cette technique, déjà utilisée en Martinique, en Guadeloupe, et en Guyane, pourrait bien se développer sur notre territoire. L’hypnose est un outil supplémentaire s’ajoutant au savoir-faire et à l’expérience de l’équipe médicale. C’est aussi une thérapeutique pour le plus grand confort du patient, avant, pendant, et après l’acte médical. Y-a-t-il des limites à ce que l’on peut faire au patient ? Bien évidemment, on ne fait pas tout sous hypnose, et en aucun cas elle ne remplace à elle seule les thérapies dite « classiques ». En hypnose médicale, la relation patient-thérapeute doit-être honnête et explicite. Avec ou sans hypnose, un professionnel de soin est lié par l’éthique de sa profession. Il n’y a pas de notion de « prise de pouvoir » ou de « perte de contrôle», qui sont des idées reçues véhiculées par l’hypnose de spectacle.
 
C’est une expérience fondamentalement humaine, qui, maniée avec respect et savoir-faire, permet de remettre le patient dans le mouvement de la vie. À l’origine, l’hypnose est une pratique médicale qui s’est transmise de génération en génération de médecins, jusqu’à nos jours. Sa fonction première reste donc le soin.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.