Temps de lecture estimé : 3 minutes
Les eaux de Saint-Martin et Saint-Barthélemy sont conformes aux normes européennes, selon le bilan 2015 de l’Agence régionale de santé.

Vous pouvez patauger en paix. Le bilan 2015 des contrôles sanitaires réalisés par l’ARS Guadeloupe / Saint-Martin / Saint-Barthélemy, conclue que nos eaux ne sont pas impropres à la baignade. A vrai dire, sur les 26 communes et les deux collectivités concernées, soit 2100 prélèvement effectués, 97 % des baignades sont conformes aux normes européennes. 3% des sites sont en revanche déconseillés à la fréquentation puisqu’ils reçoivent la plus mauvaise note : « eaux de qualité insuffisante ». On ne les trouve ni à Saint-Martin ou Saint-Barthélemy, mais en Guadeloupe : Dolé à Gourbeyre (rivière) ; Vallée Verte à Vieux-Habitants (rivière) ; Viard à Petit-Bourg (eau de mer) ; Domaine de Valombreuse à Petit Bourg (rivière). « A partir de la saison 2016, la baignade de ces quatre sites doit être interdite ou déconseillée pour la saison suivante » indique l’ARS, rappelant que son diagnostic implique des actions, dont des mesures pour éliminer les sources de pollution et l’information du public.
 
A noter que l’Agence de Santé observe une augmentation des sites classés en qualité insuffisante : alors qu’en 2012, il n’y en avait aucun, quatre sont dénombrés sur l’année 2015.
 
SAINT-MARTIN BONNE ÉLÈVE
Les communes et collectivités ont l’obligation de réaliser des profils de baignade, afin d’identifier les sources de pollution susceptibles d’avoir un impact sur la santé des baigneurs. C’est un document à rédiger pour tous les points de baignades déclarés et listant les mesures à mettre en oeuvre : interdiction temporaire de baignade préventive, amélioration de l’assainissement et toute action à engager pour préserver la qualité de l’eau. « Actuellement, la plupart des responsables de baignades n’ont pas réalisé tout ou partie de leurs profils de baignades, cumulant un retard de 5 ans dans la réalisation des profils » déplore l’Agence de Santé. Or notre territoire ne figure pas parmi les mauvais élèves : « La collectivité de Saint-Martin et 5 communes les ont rédigés de manière complète ».
 
L’ARS tient aussi à préciser que les sargasses ne sont pas responsables de la détérioration directe de la qualité de l’eau : « Les risques liés aux sargasses proviennent principalement des gaz malodorants issus de la décomposition des algues. En présence de quantités importantes d’algues « sargasses » dans l’eau, le risque numéro 1 reste la noyade ».
 
CONTRÔLE SANITAIRE RÉGULIER
Une mauvaise qualité de l’eau peut être à l’origine de risques pour la santé des baigneurs. L’Agence de Santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint Barthélemy assure régulièrement le contrôle sanitaire régulier de l’ensemble des zones de baignade déclarées. Ce contrôle se compose d’un suivi régulier sur le terrain, de prélèvements d’eau réalisés à chaque visite et de l’interprétation sanitaire des résultats d’analyses. Il répond aux exigences de la directive européenne du 15 février 2006 (2006/7/CE) mise en application depuis le 1er janvier 2014 et du Code de Santé publique. Deux paramètres bactériologiques sont recherchés : streptocoques fécaux et Escherichia coli. Des paramètres terrain sont également observés : surveillance visuelle comme la transparence, la présence de mousses artificielles, de résidus goudronneux, de verre, de plastique, etc.
Les résultats du contrôle sanitaire font l’objet d’une information à l’Union Européenne et sont transmis mensuellement par l’ARS aux maires, aux présidents de Collectivités concernées ou aux personnes privées responsables des baignades.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.