Temps de lecture estimé : 2 minutes
Ce mercredi, les élèves de la partie hollandaise et ceux de la Friendly School se réunissent autour du sport pour recréer la légende du partage de l’île.

La légende voudrait qu’au XVIIème siècle, les limites des parties française et hollandaise aient été déterminées à la suite d’une course entre deux soldats des armées française et hollandaise. Ce mardi, 368 ans et quelques jours après le Traité de Concordia, les élèves de l’école Aline Hanson (école Unesco) vont rejouer cette course-relais historique à leur manière. « Cet événement est  très important car c’est la première fois que des élèves des deux côtés de l’île vont courir ensemble pour commémorer la légende du partage de Saint-Martin, souligne Aline Dermaux, enseignante à l’école Aline Hanson de Sandy Ground et coordinatrice du projet Unesco. Cette manifestation sera suivie d’une cérémonie de clôture où un grand nombre de personnalités importantes aussi bien du côté français que du côté hollandais ont été invitées. Nous avons vraiment beaucoup travaillé sur ce projet avec les élèves, et c’est pourquoi nous sommes fiers de pouvoir le présenter aux Saint-Martinois. »
 
Ce rendez-vous avec l’histoire est fixé ce mercredi à 8h30, au niveau de la frontière des Terres Basses. Les premiers coureurs de chaque équipe partiront dos à dos dans des directions opposées. L’arrivée est indéterminée et dépendra du point de rencontre des derniers groupes de coureurs, comme ce fût le cas en 1648 selon la légende du partage de l’île. Les élèves français s’élanceront vers la frontière de Bellevue en passant par Sandy Ground et Low Town. Les jeunes hollandais partiront eux en direction de la frontière de Cole Bay en traversant Maho et le Causeway Bridge.
 
DU SPORT, DE L’HISTOIRE ET DU CIVISME
Au-delà des aspects historique et sportif, la Course de l’amitié est également une opportunité pour former des élèves ambassadeurs aux valeurs de l’UNESCO (la  paix, l’amitié et la solidarité pour promouvoir la coopération et l’échange entre les écoliers des deux parties de l’île) ; faire triompher les valeurs de laïcité (la fraternité, la tolérance et la liberté) qui sont garantes du vivre ensemble ; ouvrir l’école en établissant des échanges pédagogiques entre Saint-Martin et Sint-Maarten ; créer un esprit d’appartenance à une communauté au sein des écoles, celle d’Aline Hanson en particulier.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.