La 7e édition des Voiles de Saint-Barth a débuté depuis mardi. Après une journée de repos, la régate reprend du service ce vendredi et ce samedi.

Les cinquante-neuf équipages des Voiles de Saint-Barth sont entrés dans le vif du sujet depuis mardi. Profitant le premier jour d’une brise d’est soufflant entre 12 et 15 nœuds, le comité de course a d’abord lancé les petites unités (CSA 4 et Melges 24) sur un parcours de 23 milles entre Roche Le Bœuf et le Pain de Sucre avant d’envoyer les CSA 1, 2, 3 et les Class40 sur un tracé de 27 milles du côté de l’île Fourchue, puis les CSA 0, les Maxi 1 et 2 ainsi que les multicoques sur une boucle de 31 milles autour de Mancel. Comme attendu, le spectacle a été de toute beauté et la bagarre redoutable à tous les étages. On a notamment pu assister à des duels intenses entre les Maxi 72, les VOR et les TP 52 dans leurs catégories respectives. En bref, il y a du match dans le match !
 
Mercredi : changement de décor sur les Voiles de Saint-Barth ! Après une première journée marquée par une bonne brise, les équipages ont dû composer avec un léger flux d’est de 5 à 9 nœuds. Il leur a donc fallu faire preuve de finesse à la barre et aux réglages pour faire la différence sur les parcours de la journée, à savoir une boucle de 17 milles entre Saline et le Pain de Sucre pour les CSA 4 et les Melges 24, une de 20 milles via les îles Fourchue, Pelé et le Boulanger pour les CSA 1, 2, 3 et Class40 puis une autre de 23 milles jusqu’à Mancel pour les CSA 0, Maxi 1 et 2 puis les Multi. Reste que si les conditions ont été plus légères que la veille, la bagarre, elle, a été tout aussi intense, ainsi que le démontrent les classements où les écarts de points sont infimes et les égalités de points nombreuses. Chez les Melges 24, les bateaux de Sint Maarten Team Island Water World (Frits Bus) et Gill Race Team (Andrea Scarabelli) sont respectivement premier et troisième après deux manches.
Pour plus de renseignements : lesvoilesdesaintbarth.com.
 
A bord du TP52 Sorcha skippé par le Peter Harrison (© Michael Graam)
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.