Temps de lecture estimé : 3 minutes
Au 17 avril, Saint-Martin a enregistré neuf nouveaux cas confirmés de Zika dont une deuxième femme enceinte et une personne ayant manifesté des troubles neurologiques, complication attribuée au virus.

L’Institut de veille sanitaire (InVS) fait état d’une « augmentation du nombre de cas cliniquement évocateurs et du nombre de confirmations biologiques » dans son dernier point épidémiologique publié le 21 avril dernier. Si entre le 3 et le 10 avril Saint-Martin n’enregistrait qu’un seul nouveau cas de Zika, le virus semble avoir repris de la vigueur. Entre le 11 et le 17 avril, 9 nouvelles personnes contaminées par le moustique Aedes Aegypti viennent en effet gonfler les statistiques, ce qui porte désormais à 52 le nombre de cas enregistrés depuis l’émergence du virus à Saint-Martin à la mi-janvier. Plus inquiétant, l’Institut de veille sanitaire (InVS) rapporte qu’une nouvelle femme enceinte est atteinte, ce qui porte à 2 le nombre de grossesses prises en charge selon les recommandations des autorités sanitaires, compte tenu des risques de malformation pour le fœtus.
 
COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES
Pour la première fois sur notre territoire, l’infection par le virus Zika serait également à l’origine de complications neurologique pour une personne porteuse du virus : « il s’agit de troubles neurologiques transitoires ayant conduit à l’hospitalisation et survenus chez une personne dont l’infection par le virus a été biologiquement confirmée quelques semaines auparavant » détaille l’InVS. S’il est cependant précisé que « la responsabilité de l’infection dans la survenue de cette complication n’est pas encore formellement établie », dans les autres territoires où sévit l’épidémie le Zika a été reconnu coupable des cas de complications neurologiques, de type syndrome de Guillain-Barré. En Martinique, 10 personnes atteintes de ce syndrome ont été détectées depuis le début de l’épidémie, dont 8 étaient des cas de Zika biologiquement confirmés.
 
Entre le 11 et le 17 avril, 20 personnes ont également consulté leur médecin traitant car elles présentaient des symptômes pouvant être associées au virus. Le nombre de ces cas cliniquement évocateurs (c’est-à-dire non confirmés par une prise de sang) « est en hausse » indique la veille sanitaire. En revanche, aucun passage aux urgences pour suspicion de Zika n’a été enregistré sur cette même période. Depuis janvier, trois personnes se sont ainsi présentées à l’hôpital, dont une âgée de moins de 15 ans.
A noter que Saint-Barthélemy continue d’échapper au virus Zika, aucun cas n’ayant à ce jour été confirmé.
 
 
LE CHIFFRE
 
153 C’est le nombre de femmes enceintes qui ont contracté le Zika en Martinique depuis janvier. A ce jour, deux cas de microcéphalie fœtale et une malformation cérébrale sont rapportés.
 
 
Retour des pluies et gîtes larvaires

Depuis début mars le ciel arrose plus fréquemment nos terres. Les gîtes larvaires qui avaient pu disparaître à la faveur de la sécheresse de ces derniers mois, se sont donc progressivement reconstitués et les moustiques prolifèrent à nouveau : une situation propice à la propagation du Zika. Chacun d’entre nous doit donc rester vigilant et faire la guerre aux points d’eau stagnante aux abords de son domicile : gouttières, coupelles des plantes, déchets…
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.