Temps de lecture estimé : 2 minutes
L’association Maternité Active organise une conférence-débat ce mercredi 4 mai à la Médiathèque de Concordia pour évoquer le problème des maternités précoces à Saint-Martin.

En 2014, 39 adolescentes de moins de 19 ans ont accouché au Centre hospitalier de Saint-Martin. Les statistiques de 2015 seront dévoilées mercredi soir lors de la conférence-débat sur le thème « Zéro grossesse en milieu scolaire », qui attend son public à 19 heures. Malheureusement, ce problème criant de société ne semble toujours pas trouver d’issue puisque d’une année sur l’autre, les professionnels de santé et ceux qui agissent aux côtés des jeunes continuent de faire face à la problématique des trop nombreuses grossesses chez les jeunes filles. L’association «Maternité Active » invite donc toute la population à s’intéresser au sujet, surtout les parents et leurs enfants. L’assistance pourra écouter quatre intervenants spécialisés : Farah Viotty, psychologue à l’espace santé jeunes ; Otto Raymond, socio-anthropologue ; Charles Vangeenderhuysen, gynécologue-obstétricien ; Marcel Edi, interne en gynéco-obstétrique.
 
DES PRÉOCCUPATIONS SPÉCIFIQUES
 
Ce phénomène est d’autant plus sensible qu’à la dimension psychologique de la maternité, s’ajoute celle, sociale, qui place les mères adolescentes dans une plus grande fragilité. Certaines ne retournent pas à l’école après avoir accouché. Et plus la grossesse arrive jeune, plus il y a de risques que la maman réitère: il n’est pas rare de rencontrer des jeunes femmes de 20 ans qui ont déjà 2 ou 3 enfants. En l’absence de qualification leur permettant de s’insérer dans le monde du travail, confrontées au chômage, ces « filles mères » sont d’autant plus exposées à la précarité. Ces maternités précoces préoccupent aussi la société car elles induisent des rapports sexuels non protégés augmentant le risque de contracter une MST et de la transmettre au bébé. Une question de santé publique qui se pose avec acuité sur notre territoire. 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.