Temps de lecture estimé : 2 minutes
Alors qu’un épais manteau de brume des sables censé repousser la pluie nous enveloppe, voici que des orages s’invitent dans notre ciel.

Sortir les parapluies au mois de mai n’a rien d’exceptionnel, pas plus que de voir le ciel chargé d’électricité. La foudre et les gouttes d’eau qui se sont abattues au-dessus de nos têtes dimanche soir en sont une parfaite illustration. Chez les spécialistes des précipitations, le mois de mai est d’ailleurs considéré comme le troisième mois le plus pluvieux de l’année, derrière septembre et octobre. Ce type de météo est donc tout ce qu’il y a de plus normal dans la région. Cependant, la brume des sables, qui s’est installée depuis plusieurs jours dans notre ciel, n’a pas uniquement pour effets de réduire la visibilité au large et de gêner les personnes asthmatiques. Elle est également supposée jouer le rôle de rempart face aux fronts humides. Alors comment expliquer les précipitations et les nuages noirs de ces derniers jours ?
 
Christophe Montout, météorologiste à Météo-France Antilles-Guyane, apporte quelques éléments de réponse. Selon l’observateur du climat, Saint-Martin se trouve actuellement dans « une zone de conflit entre deux masses d’air » : une sèche qui vient du Sud et transporte la fameuse brume des sables, et une humide qui descend du Nord. Saint-Martin n’est de ce fait plus entièrement protégée par le manteau de brume. Lorsque l’humidité du Nord rencontre le sable du Sud, il se produit des épisodes pluvieux. Cette zone de conflit, qui ondule entre la Guadeloupe et Saint-Martin, devrait se poursuivre pendant les 12 à 24 prochaines heures. De ce fait, un retour à la « normale » n’est pas à exclure ce mardi ou ce mercredi. Dans tous les cas, gardez votre pépin à portée de main ! Car un mois de mai « classique » reste un mois de mai humide.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.