Temps de lecture estimé : 4 minutes
A Saint-Martin et Saint-Barthélemy, les soldes d’hiver sont programmés du 7 mai au 17 juin. Des dates avantageuses selon le président de l’association des commerçants de Marigot.

À l’instar d’autres territoires métropolitains et ultramarins, les îles du Nord bénéficient de dates dérogatoires pour les soldes d’hiver, qui débutent en mai, et les soldes d’été, programmées au mois d’octobre. C’est donc à partir de ce samedi 7 mai que les consommateurs saint-martinois vont pouvoir bénéficier des premières soldes de l’année 2016.
Pour rappel les soldes durent désormais 6 semaines depuis l’entrée en vigueur de la loi Pinel en juin 2015, qui a fait évoluer la réglementation. Les soldes flottants ont été supprimés et les soldes saisonniers sont passés de 5 à 6 semaines.
 
BONNES OU MAUVAISES DATES ?
Ces soldes d’hiver sont placés à la sortie de la saison touristique. Chaque année, certains commerçants estiment qu’ils arrivent un peu trop tôt dans le calendrier, les collections continuant à arriver. D’autres pensent que placer les soldes en janvier et en juillet comme en métropole, serait plus avantageux pour l’économie locale. En juillet 2015, le débat sur la date des soldes dans les îles du Nord avait d’ailleurs motivé la préfecture à lancer un sondage, en vue de modifier la date des soldes. Malgré des dates manifestement décriées, un trop faible nombre de réponses était parvenu sur le bureau de services de l’Etat, qui ont donc pris acte… L’actuel calendrier ne semblait finalement pas si mauvais que cela. En outre à Saint-Barthélemy, les commerçants avaient fait savoir que ces dates leur convenaient parfaitement.
 
Lundi dernier, l’association AEC (Action économique citoyenne) de Marigot, qui regroupe une cinquantaine de commerçants implantés en centre-ville, s’est réunie pour évoquer ces soldes d’hiver. « Nous sommes un peu pris de court mais nous sommes prêts » affirme son président Yann Lecam.
 
UN AVANTAGE ?
 
Pour Yann Lecam, également propriétaire d’une boutique de prêt-à-porter, le calendrier des îles du Nord serait en fait plutôt avantageux vis-à-vis de la Guadeloupe et de la Martinique, qui fournissent leurs contingents de touristes dans les îles du Nord : « nous sommes en train de travailler sur une communication des soldes en Guadeloupe, via une agence de voyage » annonce même le porte-parole des commerçants du centre-ville. Dans les îles françaises plus au sud, les soldes d’hiver ont en effet déjà eu lieu, de début janvier à la mi-février. En Guadeloupe les soldes d’été commenceront le 9 septembre et en Martinique le 6 octobre. Les potentiels touristes restent donc de longs mois sans pouvoir faire de bonnes affaires sur leur île, de quoi les attirer sur Saint-Martin en mai et juin. « C’est vraiment une opportunité d’avoir nos soldes décalés » répète Yann Lecam.
 
L’éternel débat sur les dates des soldes n’empêchera pas les consommateurs d’en tirer parti. Les commerçants aussi, car si l’on se fie au sentiment de l’association de Marigot « la saison a été un peu short » selon son président. Parions sur les soldes pour mobiliser les consommateurs. A noter qu’à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, les soldes d’été se dérouleront du 8 octobre au 18 novembre 2016.
 
 
Une saison « un peu short »
 
Avril a marqué la décrue de la saison touristique. Selon le président des commerçants de Marigot (association AEC), celle-ci a été « un peu short ». « Elle a fini assez tôt » analyse t-il avec les mouvements constatés dans sa boutique sur la Marina Royale. « Nous sommes tombés en basse saison le 18 avril, soit deux semaines avant l’année dernière ». En 2015 il se souvient cependant d’un « super mois de mai ». Yann Lecam relève aussi depuis 2/3 ans « le retour des Américains » mais constate que le pouvoir d’achat des Canadiens est malmené par un dollar CAD faible : « c’est compliqué avec leur devise, plus basse que celle des Américains. Au Canada lorsque deux personnes déjeunent pour une note de 20 CAD, ici le même repas lui coûte 30 dollars soit 35 CAD ».  

 
Les Américains sont là mais ferment les robinets
 
Pour cet autre commerçant du centre-ville, à cause de l’épidémie de zika, les îles de la Caraïbe ont été « blacklistées ».  Il impute surtout la difficulté des commerces à l’attitude des Américaines vis-à-vis de leur porte-monnaie : « nous n’avons pas eu d’Américains qui consommaient et c’est pareil pour Saint-Barth ». D’une part il pense que « les gens ont peur de sortir à cause de l’insécurité ». Ils se cloîtreraient donc dans leur belle villa de location et profiteraient ainsi de leurs vacances, vue mer si possible. « Le vrai problème ce ne sont pas les élections américaines, ni l’économie du pays qui est rayonnante » analyse notre commerçant. « Le problème c’est que depuis la crise les Américains ont fermé les robinets, ils ont appris à consommer différemment ». De fait, il estime que Saint-Martin limite la casse « grâce aux clients Européens et locaux ».
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.