Temps de lecture estimé : 3 minutes
Samedi en fin de soirée à Agrément, non loin d’un bar connu pour son ambiance musicale, un homme qui regagnait son véhicule a été victime d’une tentative de car-jacking.

Un individu porteur d’une arme de poing a surgi de nulle part et l’a violemment agressé, notamment en lui assénant un ou plusieurs coups de crosse. Ne cédant pas aux menaces de son agresseur, la victime a réussi à se réfugier dans le fameux bar. Le suspect, voyant son car-jacking voué à l’échec, a masqué sa fuite en tirant deux coups de feu en l’air. La Brigade de recherches a été saisie de l’enquête.


Les homicides se suivent mais ne se ressemblent pas

Interrogé au sujet des deux récents homicides, celui d’un jeune homme à Quartier d’Orléans (Belle-Plaine) le 5 mai et celui d’un homme à Cul-de-Sac (Grandes Cayes) le 10 mai, le chef d’escadron de gendarmerie Sébastien Manzoni ne s’est pas montré très loquace. Dans le premier cas, alors que les raisons de cet homicide échappaient à la maréchaussée, il a assuré que « l’affaire suit son cours. » Concernant l’homme retrouvé mort dans sa voiture à Cul-de-Sac la semaine dernière, l’enquête a du mal à démarrer. Le commandant explique que la première piste envisagée, celle du suicide, a été écartée au profit de l’hypothèse criminelle et que l’individu présente un « profil standard. » « On part de pas grand chose ! »

2 Evasan en moins d’une semaine
 
SNSM-1.jpg
Dimanche 8 mai, après avoir fait acte de présence au Fish Day dans la matinée, les équipiers de la SNSM ont été appelés dans l’après-midi par le CROSS pour effectuer une évacuation sanitaire (Evasan). Il s’agit de porter secours à un jeune homme à bord du voilier “Belle Espoir 2” qui était inconscient et souffrait de troubles neurologiques. Une hospitalisation immédiate était nécessaire. L’équipe de la SNSM (quatre sauveteurs) a donc eu besoin du grand semi-rigide Rescue Star pour atteindre le bateau, qui se trouvait dans la baie de Marigot, et prendre à son bord la victime et l’équipe du SAMU. L’intervention a duré moins de quinze minutes. De retour à quai, une ambulance a conduit la victime vers le centre hospitalier. Un centre hospitalier qui, à cause d’un incendie, était également en pleine évacuation.
Deux jours plus tard, le mardi soir, le Cross a avisé la SNSM d’une nouvelle EVASAN. Il s’agissait cette fois-ci de débarquer un officier souffrant qui se trouvait sur un navire. Ce navire, le Pourquoi Pas (un gros bâtiment de l’IFREMER de 94 mètres de long qui conduit actuellement des recherches scientifiques) avait prévu d’arriver dans la baie de Marigot le lendemain matin, à 6 heures. Un vrai luxe pour la SNSM que d’être alertée avec un jour d’avance ! Mercredi matin, la Rescue Star de la SNSM était donc à couple avec le Pourquoi Pas. La victime qui souffrait d’une infection aigüe à la jambe a été transférée à bord du semi-rigide avant d’être confiée aux pompiers à son arrivée sur la terre ferme.
 
SNSM-2.jpg
 
 
SNSM-3.jpg
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.