Temps de lecture estimé : 3 minutes
La Collectivité vient de créer l’école des parents, pour améliorer la relation entre parents et enfants et lutter contre la délinquance.

Tout juste mise en place, l’école des parents a plusieurs objectifs : sensibiliser les parents sur leurs droits et leurs devoirs ; leur permettre d’affirmer leurs autorité parentale au regard de la loi ; les sensibiliser sur la nécessité de s’impliquer dans la vie sociale de leurs enfants ; leur permettre de mieux gérer leur foyer et favoriser les relations entre parents et enfants. Cette nouvelle étape trouve son origine dans le Conseil pour les droits et devoirs des familles (CDDF) mis en place par la Collectivité en 2009, et dont la mission est d’aider les familles rencontrant des difficultés dans l’exercice de leur autorité parentale. Animé par le CLSPD, ce conseil a pu aider 42 familles en apportant un soutien aux parents en cas d’absentéisme, d’inassiduité scolaire, de troubles à l’ordre public ou au bon fonctionnement d’un établissement scolaire. « La création de l’école des parents découle de la stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance, que nous avons signée avec l’état et le parquet de Basse-Terre, le 15 décembre dernier, au sein du CLSPD – le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance », a déclaré Aline Hanson à l’occasion de la conférence de presse organisée à cette occasion.
 
UN ACCOMPAGNEMENT DE SIX MOIS
L’opération est menée en collaboration avec l’association Foundation For Hope and Music Development, chargée de son animation. Implantée dans le secteur de Saint-James, elle propose des activités en direction des jeunes (aides aux devoirs, activités ludiques…), qui pourront intéresser les élèves concernés. Les parents en difficulté vont bénéficier d’un accompagnement socio-éducatif d’une durée de 6 mois, et plus si nécessaire. Aline Hanson a noté que les efforts engagés depuis 2012 par la Collectivité pour l’insertion des jeunes commençaient à donner des résultats probants, notamment à travers la formation professionnelle, avec à l’heure actuelle 288 personnes en stage de formation, ainsi qu’à travers les contrats aidés dans les associations, qui emploient une centaine de jeunes. Elle a également signalé le dispositif des médiateurs de rue mis en place avec l’ACED pour un travail de sensibilisation auprès des jeunes dans les quartiers depuis février 2015. Dans le courant de l’année 2016, le CLSPD organisera des cellules de veille dans les quartiers, chargées d’agir au plus proche de la population pour apporter des réponses efficaces aux problématiques liées à la délinquance. Toutes ces actions tendent vers un seul objectif a souligné la présidente : « créer des opportunités de réinsertion pour notre jeunesse, qui reste la grande priorité de ma mandature. »

4 ateliers pour faciliter la vie
 
Concrètement, quatre ateliers phares sont mis en place pour faciliter la vie quotidienne des parents.
• Atelier droits et devoirs des parents :
Un atelier animé par la BPDJ (brigade de prévention de la délinquance juvénile) afin d’inculquer aux parents leurs droits et leurs devoirs, au regard du Code Civil.
• Atelier relations enfants/parents :
Un psychologue a la tâche d’aider les parents participants à améliorer leurs bien-être, leurs qualités de vie ainsi que la relation entre parents et enfants.
• Atelier vie quotidienne :
La conseillère économie et sociale fera une expertise de la situation sociale et financière des parents afin de pouvoir apporter des réponses concrètes ou les orienter vers les services compétents.
• Le Café parents :
Un atelier d’expression animé par un professionnel où les parents échangent sur des thèmes qu’ils choisissent.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.