Temps de lecture estimé : 3 minutes
La CGTG avait prévenu et a tenu parole. Mardi le mouvement de grève a été suivi par de nombreux agents. Les discussions ont abouti à un accord.
A l’appel de la CGTG, le personnel de la Collectivité s’est mobilisé mardi matin dès 7 heures pour protester contre le non-respect de certaines paroles données par l’Exécutif. Le syndicat reproche notamment à la COM de « patiner » depuis plusieurs années au niveau des droits des travailleurs, des salaires, des avantages sociaux, de la progression de carrière et des conditions de travail. Sur les 1.200 employés que compte la Collectivité, une centaine a pris part au mouvement de contestation.
UNE VOLONTÉ DE RÉGNER SEULE
Dans sa missive datée du 1er mai et adressée à la présidente Aline Hanson, ainsi qu’à la préfète Anne Laubies et au vice-procureur Michaël Ohayon, une autre organisation, le syndicat UNSa, indiquait déjà que les trois comités consultatifs, la commission paritaire administrative (CAC), le comité technique (CT), et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), n’ont « jamais sérieusement fonctionné » depuis leur renouvellement en 2014. « Les raisons invoquées pour justifier le non-respect des délais de mise en place des organes consultatifs lors de la rencontre avec votre équipe de direction RH menée par le DGS dépassent l’entendement. En effet, dire que ce retard est dû à des dissensions entre syndicats relève soit de l’incompétence, soit de l’ignorance ou tout simplement de votre volonté de régner seule sans la participation des représentants du personnel. »
RATTRAPER LE TEMPS PERDU
Dissensions entre les syndicats… Vraiment ? A voir la liste des revendications, il semble au contraire que les organisations soient sur la même longueur d’onde. Mardi midi, à l’issue d’une première rencontre avec la COM, le représentant de la CGTG, Albert Blake, a laissé transparaître quelques motifs de satisfaction. Une deuxième rencontre dans l’après-midi lui a finalement donné raison et a débouché sur un protocole d’accord entre les différentes parties. Bien que plusieurs points restaient à débattre, les services de la Collectivité ont retrouvé leur fonctionnement habituel dès mercredi matin. Il ne reste maintenant plus qu’à rattraper le temps perdu depuis la CAP « bafouée » de 2014. En gardant à l’esprit que 6 mois avant une élection, le personnel territorial ne peut prétendre à aucun avancement professionnel et que la loi portant sur les parcours professionnels, carrières et rémunérations est applicable à compter du 1er janvier 2017. « A partir de cette date, il sera trop tard pour la rémunération et le parcours des agents de la catégorie C par la Collectivité. » Le temps presse !
COLLECTIVITE-2-GREVE-HUM.jpg
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.