Temps de lecture estimé : 3 minutes
Huit étudiants, entre 19 et 22 ans, de l’université Tulsane ont passé 15 jours au cœur de la communauté rasta dans le cadre de leurs études.

Dans le cadre de ses recherches sur le mouvement Rastafari, Myriam Huet a fait la connaissance de Jah Bash Touza il y a plus de douze ans. « Je suis venu passer près d’un an et demi à Saint-Martin, où j’ai très bien connu tout le groupe de Soldarity Rastafari Organisation. »
 
VISITE-2-ETUDIANTS-NEW-ORLEANS-HUM.jpg
Tous les matins, Jah Bash Touza a initié les étudiants aux gestes agricoles
 
UN COURS DE SERVICE CIVIQUE
Désormais enseignante et Program Manager du Center for Public Service de l’université de Tulsane à la Nouvelle-Orléans, Myriam a naturellement songé à faire découvrir Saint-Martin à ses étudiants. « Avec le Center for Public Service, on essaie de créer des ponts entre les étudiants et la communauté locale, surtout avec les associations et les ONG, afin qu’ils puissent travailler. Cela fait partie d’un cours appelé Service Learning, un cours de service civique, et ce programme existe également à l’étranger. » Voici comment Myriam Huet et ses huit étudiants ont mis le cap sur Bellevue.
Depuis leur arrivée il y a deux semaines, le groupe d’étudiants partage son temps entre des activités agricoles et des rencontres avec des acteurs de l’île. « Tous les matins, ils sont dans le jardin, explique l’enseignante, où Jah Bash leur donne des travaux à faire et partage avec eux son savoir sur les plantes médicinales, l’archéologie ou encore la géologie locale. Il leur apprend aussi à construire des tambours. »
 
VISITES ET RENCONTRES
Le groupe d’étudiants a également fait la connaissance de Roland Richardson, de la présidente Aline Hanson, du sénateur Guillaume Arnell et de l’historienne Daniella Jeffry. Les étudiants américains ont assisté à la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage et ont également visité l’université de Sint Maarten. Lors de leur passage aux Archives territoriales, nos visiteurs ont comparé des registres d’état civil datant de l’époque de l’esclavage. « Ce travail dans la communauté et les rencontres donnent aux étudiants une vision historique et sociale de Saint-Martin plus riche que s’ils venaient en simples touristes. »
 
DES EXPÉRIENCES ENRICHISSANTES
Inscrits dans des filières différentes, allant des langues à l’anthropologie en passant par les mathématiques, la santé publique, les arts, la psychologie et la finance, nos jeunes amis de Louisiane sont ravis de ce séjour à Saint-Martin. Bientôt, ils retrouveront la Nouvelle-Orléans, où l’ambiance créole rappelle parfois celle des Antilles. Souhaitons-leur de savoir tirer les fruits de toutes leurs expériences en terres saint-martinoises et que celles-ci leur permettent de valider leur diplôme universitaire.
 
DE RETOUR EN 2017
Jah Bash Touza, qui les a reçu quotidiennement durant leur séjour, ne tarit pas d’éloges sur les étudiants américains et aimerait que la réciproque se mette un jour en place. « Quand j’écoute leur langage et que j’analyse leurs connaissances, je souhaite que les jeunes de Saint-Martin puissent aussi réaliser ce type de voyage afin de remonter le niveau. Notre niveau est trop bas ! » En attendant de voir de jeunes Saint-Martinois faire le chemin vers la Nouvelle-Orléans, Myriam Huet planche projette déjà de revenir avec de nouveaux étudiants dès 2017.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.