Temps de lecture estimé : 5 minutes
Le comité de l’administration régionale (CAR), qui rassemble une fois par mois tous les services de l’Etat pour évoquer la mise en œuvre des politiques publiques, se réunit désormais tous les trimestres pour traiter les dossiers propres aux îles du Nord.

Saint-Martin souffre souvent de la tutelle de la Guadeloupe pour l’avancement de certains dossiers dont la gestion dépend des services de l’Etat déconcentrés en Région. Une particularité qu’Aline Hanson n’a pas manqué de rappeler au préfet de Guadeloupe Jacques Billant lors de son allocution en ouverture du comité de l’administration régionale (CAR) qui se tenait jeudi sur notre territoire : « cette centralisation des services en Guadeloupe est un des motifs d’une certaine latence administrative qui a tendance à ralentir nos actions ». « Dans le cadre de nos travaux de réforme de la loi organique, la question d’une préfecture de plein exercice pour Saint-Martin est un sujet prioritaire » a en outre revendiqué la présidente.
 
Pour l’heure, le préfet de Région entend démontrer qu’il traite les îles du Nord avec les égards que mérite leur spécificité. Son objectif : « amplifier la mobilisation des services de l’Etat au profit de Saint-Martin » affirmait-il jeudi lors du CAR à Saint-Martin. Une journée « très importante pour la Collectivité » selon Aline Hanson puisque l’ensemble des services de l’Etat se sont déplacés autour des élus locaux. « Depuis janvier le CAR se réunit désormais une fois par trimestre pour les sujets propres aux îles du Nord » ajoutait M. Billant. « Nous réaffirmons la présence de l’Etat qui assume ses responsabilités ».
 
ÉDUCATION NATIONALE : PLUS DE MOYENS ?
 
Venir à Saint-Martin, c’est l’occasion de faire quelques annonces voulant démontrer que les attentes du territoire sont entendues. Le recteur Gamille Galap promet ainsi la création de 5 emplois de professeurs des écoles qui sont spécialisés dans l’enseignement bilingue et le Français langue étrangère, ce qui devrait permettre de mieux prendre en compte les spécificités culturelles locales. « Les particularités sont mises en lumière et portées au sommet de l’Etat, il y a une déclinaison du projet académique à Saint-Martin » rassurait le recteur. Il annonce également l’ouverture d’un BTS tourisme à la rentrée prochaine, et une formation avec le CNED pour développer les compétences des enseignants du 1er degré en FLE (français langue étrangère). En projet : la création d’un BTS Commerce international « compte tenu des enjeux pour le territoire », et la mise en place d’une classe à horaires aménagés en théâtre car il y aurait ici « beaucoup de potentiel ».
 
En référence à la demande du député Daniel Gibbs, qui milite pour la création d’un vice-rectorat à Saint-Martin, le recteur a cependant étouffé le projet dans l’œuf : « la question d’une direction académique est en train de mûrir fortement ». C’est en effet ce qu’avait récemment proposé la ministre de l’Education nationale interpellée par le parlementaire de Saint-Martin.
LES POLITIQUES PUBLIQUES PASSÉES AU CRIBLE
Les autres politiques publiques ont également été passées en revue : l’enseignement, l’insertion, la formation professionnelle et la jeunesse ; l’agriculture et la pêche pour faire le point sur le plan de développement de ces secteurs à Saint-Martin ; la santé et notamment la déclinaison du plan santé Outre-mer ; l’aménagement du territoire et les grands projets de la COM (aménagement de la baie de Marigot, schéma routier, infrastructures d’eau et d’assainissement, gestion du cadastre) ; la mobilisation des fonds européens ; et enfin la Culture, dont l’action est ici principalement menée par les Archives territoriales et bientôt par la revalorisation de la plantation Mont Vernon que la COM a toujours en projet.
 
RSA : DOSSIER ENCORE SENSIBLE
 
La venue du CAR a aussi permis à la Collectivité de faire passer certaines requêtes : la demande d’une mission Etat/COM en vue de réaliser un plan d’action sur la question de l’insalubrité des logements et l’obtention du PSA – Direction de l’Aviation Civile- au titre de l’extension de l’aéroport de Grand Case. Aline Hanson a également interpellé le préfet de Région sur la gestion du registre du commerce et des sociétés et surtout, sur la dette à l’égard de la CAF Guadeloupe due par la COM au titre du paiement du RSA. Un montant colossal de 41 M€ dont le président de la République avait assuré qu’il serait rééchelonnée et reconsidérée pourvu que la Collectivité maîtrise sa dépense, chose qu’elle a fait. « Malgré la décision du Conseil d’État et le vote des nouvelles mesures, la CAF ne met pas à ce jour en œuvre les modalités pour le prélèvement fiscal à la source de 30% et ne nous informe pas de la faisabilité au 1er septembre prochain des mesures de restriction d’accès au RSA » rappelait Aline Hanson, qui a sollicité l’implication du représentant de l’Etat sur ce dossier.
 
 
Échange de bons procédés

 
JACQUES-BILLANT-2.jpg
 
Jeudi la présidente Aline Hanson et le préfet de Région Jacques Billant ont profité de leur rencontre pour signer un acte d’échange foncier : dans le cadre de la création de la chambre détachée du TGI de Basse-Terre, la Collectivité « donne » à l’Etat les locaux de l’ancienne bibliothèque à Marigot. En retour, la COM obtient une partie de l’ancienne caserne de gendarmerie à Concordia pour la création d’un foyer socio-éducatif.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.