Temps de lecture estimé : 2 minutes
Désormais, toute personne majeure doit d’abord être titulaire du permis A2 (inférieur à 35 Kw) pendant un minimum de deux ans avant de pouvoir prétendre au permis A.

En 2015, 614 motocyclistes sont décédés à la suite d’un accident sur les routes de France et parmi eux, près de 20% étaient des conducteurs novices, c’est-à-dire titulaires du permis depuis moins de deux ans. Ces derniers présentent donc quatre fois plus de risques d’être tués qu’un motocycliste détenant un permis plus ancien. Afin de renforcer les dispositifs de sécurité routière, l’Etat a donc légiféré sur l’accès aux motos de forte puissance. Auparavant, toute personne âgée de plus de 24 ans pouvait passer l’épreuve du permis A. Désormais, il est réservé aux seuls conducteurs expérimentés ainsi que le confirme un décret du 31 mai 2016 paru au Journal officiel du 2 juin : toute personne majeure, quel que soit son âge, doit d’abord être titulaire du permis A2 (inférieur à 35 Kw) pendant un minimum de deux ans avant de pouvoir prétendre au permis A. Et pour obtenir ce passage du permis A2 au permis A, elle devra suivre une formation spécifique de 7 heures en école de conduite, non sanctionnée par un examen, afin d’assurer la transition en toute sécurité d’une moto de faible à forte puissance.
 
Une période transitoire a toutefois été prévue pour permettre aux personnes inscrites à l’examen de la catégorie A du permis de conduire avant la modification de la réglementation, de passer cet examen dans les six mois à compter de la publication du décret, sous réserve qu’elles soient âgées de 24 ans au moins au moment du passage de l’épreuve.
 
Depuis le 1er janvier 2016, la puissance des motocyclettes n’est plus limitée à 73,6 Kw ou 100 CV, en application d’une modification de la réglementation européenne. Le décret du 2 juin 2016 permet donc aussi de contrebalancer cette libération de puissance en supprimant la possibilité pour des conducteurs inexpérimentés d’accéder directement à des motocyclettes particulièrement puissantes et donc potentiellement dangereuses.
(Source: servicepublic.fr)
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.